NOUVELLES
29/04/2015 06:40 EDT | Actualisé 29/04/2015 06:40 EDT

L'Impact à 90 minutes de l'exploit

RONALDO SCHEMIDT via Getty Images

Certains joueurs voient leur carrière professionnelle entière défiler sans voir poindre la moindre finale à l'horizon. Les joueurs de l'Impact ne font plus partie de cette catégorie.

Un texte de Antoine Deshaies

Dans le plus grand match depuis la fondation du Club, le onze montréalais a l'occasion de marquer l'histoire, comme le martèle le département marketing de l'équipe depuis le début de l'année.

L'Impact est à 90 minutes d'accomplir ce qu'aucune équipe de la MLS n'a réalisé dans la formule actuelle du la Ligue des Champions de la CONCACAF.

Une victoire propulserait la troupe de Frank Klopas à la Coupe du monde des Clubs au Japon en décembre.

Mais avant de penser au Japon, il faut museler le géant mexicain América. Au moins, le onze montréalais sera appuyé par la plus grosse foule de son histoire, plus de 61 000 spectateurs.

« On doit mettre la pression de côté et savourer le moment, a dit l'entraîneur-chef Frank Klopas en point de presse. On doit se concentrer sur la préparation comme on le fait toujours. Mieux on est préparé, plus on aura confiance sur le terrain. On devra jouer en équipe. »

« On va se faire plaisir, ce n'est pas tous les jours qu'on peut participer à une finale, a dit Bakary Soumaré, particulièrement détendu. Oui il y aura de la tension, mais on tient à donner un trophée à la ville et au club. »

« Depuis le début du tournoi on veut se rendre jusqu'au bout. Bien sûr, les Mexicains nous voient comme le Petit Poucet, mais on sait qu'on peut marquer un gros coup. »

Un adversaire très confiant

Pour certains, Club América arrive à Montréal avec ses gros sabots. Le légendaire club mexicain a déjà remporté cinq fois la Ligue des champions de la CONCACAF. Le gardien de l'équipe, Moisés Munoz, a même dit que son équipe pourrait l'emporter 5-0 et que Montréal n'avait pas mérité son match nul.

« On a beaucoup de respect pour nos rivaux, mais on ne les craint pas, a répliqué Frank Klopas. J'essaie de ne pas perdre d'énergie avec ce genre de déclarations. Le match se jouera sur le terrain et nulle part ailleurs. »

« Pour moi un gardien qui fait ce genre de déclarations expose une certaine insécurité. C'est positif pour nous », estime le gardien Evan Bush, suspendu pour le match.

À ceux qui évoquent la tempête de 6-0 encaissée par le club Herediano du Costa Rica contre America en demi-finale, Bakary Soumaré avait cette réponse.

« On n'est pas Herediano et en plus on joue à la maison. On ne va jamais laisser une équipe nous marcher sur les pieds. On n'est certainement pas là pour prendre une valise. Croyez-moi, on va tout faire pour marquer. »

Le défenseur Ventura Alvarado, qui n'a pas joué au premier match, a bien voulu tempérer les propos de son gardien.

« C'est une bonne équipe qui joue bien. Nous devrons travailler fort pour gagner et nous sommes très motivés. On veut marquer l'histoire et aller au Japon. »

« On devra appliquer une pression constante dans leur zone pour limiter leurs possibilités de contre-attaque. »

L'entraîneur de l'équipe, Gustavo Matosas, a défendu son gardien.

« Il a droit à ses opinions et je les respecte. Cela dit, notre historique et nos accomplissements passés ne comptent pas. On doit battre une bonne équipe. »

Un danger constant

América représente un défi colossal pour l'Impact. La deuxième demie du match à Mexico a montré à quel point les Mexicains peuvent être dangereux.

América a tiré 25 fois au but défendu par Evan Bush et n'a encaissé que trois tirs en 90 minutes.

« On leur a donné beaucoup trop de chances, analyse Frank Klopas. On devra mieux marquer et être plus alertes sur les ballons arrêtés. »

« Je m'attends aussi à ce qu'ils alignent la meilleure formation possible. Le buteur au premier match, Oribe Peralta, n'a joué qu'une demie mercredi et n'a pas été utilisé dimanche dans leur match de ligue. Je m'attends à ce qu'il soit là dès le début. »

« C'est une équipe très habile techniquement, ajoute Soumaré. Ils peuvent marquer n'importe quand et nous mettre en difficultés. Cela dit, on peut faire jeu égal avec eux. »

Jeu égal, même si le quatuor défensif s'alignera pour la toute première fois devant le gardien choisi par Frank Klopas. Tous les indices pointent vers la titularisation de l'Allemand Kristian Nicht, acquis lundi soir.

« C'est le football, ça arrive, relativise Soumaré. Lors du match à Pachuca, nous n'avions jamais joué devant Bush. Ça fait partie de la beauté du sport. C'est un gardien en qui nous avons confiance. »

De la confiance, il en faudra pour tenir les 90 minutes. Ça et du cran.

Les scénarios pour la victoire

- Une victoire montréalaise ou un match nul de 0-0 concrétisent la victoire de l'Impact.

- Une victoire mexicaine ou un match nul de 2-2, 3-3,4-4 etc.... Victoire d'América.

- Match nul de 1-1 : prolongation de 30 minutes et séance de tirs au but au besoin.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Impact de Montréal vs Club América 22 avril 2015 Voyez les images