NOUVELLES
29/04/2015 04:56 EDT | Actualisé 29/06/2015 01:12 EDT

Grèce : la BCE relève d'encore 1,4 milliard d'euros le plafond de l'ELA

La Banque centrale européenne (BCE) a encore relevé mercredi, d'1,4 milliard d'euros, le plafond de son financement d'urgence (ELA) des banques grecques, qui passe ainsi à 76,9 milliards d'euros, a-t-on appris de source bancaire grecque.

La BCE, qui révise chaque semaine désormais le montant alloué, aide par ce seul biais les banques grecques depuis début février.

Compte-tenu des sommes inutilisées jusqu'ici, celles-ci ont à leur disposition 3 milliards d'euros pour la semaine à venir, sensiblement la même somme que la semaine passée, a précisé cette source.

Auparavant, les banques pouvaient obtenir de l'argent en apportant en garantie les obligations de l'Etat grec qu'elles détiennent. Ces obligations n'ayant pas la qualité de crédit minimum qu'accepte normalement la BCE, celle-ci faisait donc bénéficier les banques grecques d'une exception.

Mais cette exception a pris fin peu après l'arrivée au pouvoir fin janvier du gouvernement de gauche radicale Syriza d'Alexis Tsipras en raison de la volonté qu'il manifestait alors de s'affranchir du programme de sauvetage européen en cours.

Les chiffres des dépôts bancaires de mars devaient être publiés dans l'après-midi mercredi. De décembre, début de la séance électorale qui a porté Syriza au pouvoir, à fin février, déjà 25 milliards d'euros ont été retiré par les ménages et les entreprises des banques grecques, qui n'avaient plus qu'environ 140 milliards d'euros de dépôts à fin février.

Le mécanisme de l'ELA assure actuellement la survie des banques grecques en attendant que l'activité du pays reprenne plus fluidement.

Athènes doit faire valider par ses partenaires une liste de réformes afin de toucher la dernière tranche d'aide, s'élevant à 7,2 milliards d'euros, prévue dans le cadre du programme de soutien à la Grèce, vitale pour faire face à ses obligations de paiement sur sa dette. Mais les négociations avec ses créanciers, UE, BCE et FMI, peinent à aboutir, générant l'inquiétude des épargnants.

od/ros