NOUVELLES
29/04/2015 11:43 EDT | Actualisé 29/06/2015 01:12 EDT

Abe réitère les "profonds remords" du Japon pour son passé militariste en Asie

La Premier ministre japonais, Shinzo Abe, a réitéré mercredi à Washington les "profonds remords" du Japon pour son passé militariste en Asie, mais sans prononcer les mots d'excuses attendus par les défenseurs des esclaves sexuelles asiatiques enrôlées pour ses soldats.

"Après la guerre, nous nous sommes engagés sur un chemin, forts de sentiments de profonds remords à l'égard de la guerre. Nos actes ont fait souffrir les peuples des pays asiatiques", a-t-il déclaré lors d'un discours historique au Congrès. "Je maintiendrai les positions exprimées par les anciens Premiers ministres à cet égard".

Ces positions incluent les "excuses sincères" du Premier ministre Tomiichi Murayama en 1995.

Shinzo Abe a également fait part de ses condoléances aux Américains pour les victimes américaines de la Seconde Guerre mondiale.

"Mes chers amis, au nom du Japon et du peuple japonais, j'exprime avec un profond respect mes condoléances éternelles aux âmes de tous les Américains perdus pendant la Seconde Guerre mondiale", a déclaré le dirigeant nippon, premier de l'histoire à s'exprimer devant les deux chambres du Congrès réunies.

Il s'était rendu peu auparavant au mémorial de la Seconde Guerre mondiale à Washington, où il a déposé une couronne de fleurs en l'honneur des 400.000 morts américains du conflit.

L'étape du mémorial était symbolique, à l'approche du 70e anniversaire, le 15 août, de la capitulation du Japon en 1945.

Mais des voix, notamment au Congrès, s'élevaient pour réclamer des déclarations officielles fortes et des excuses formelles, en particulier sur le sort des 200.000 femmes "de réconfort" enrôlées de force dans les bordels de l'armée japonaise, principalement coréennes et chinoises.

L'une d'elles, Lee Yong-Soo, 87 ans, était présente dans les tribunes du public au Congrès, invitée par un élu démocrate, Mike Honda.

ico/bdx