POLITIQUE
29/04/2015 04:43 EDT | Actualisé 29/04/2015 05:41 EDT

Québec tient à consigner les bouteilles de vin (VIDÉO)

Québec n'exclut pas de mettre en place un système de consigne pour les bouteilles de vin, malgré une étude qui en évalue les coûts à près de 250 millions de dollars sur 5 ans.

D'après un rapport réalisé par la firme LIDD Intelligence Supply Chain pour le compte de la Société des alcools du Québec (SAQ), il faudrait implanter des centaines de centres de dépôt pour disposer de toutes ces bouteilles vides.

Sans exprimer sa position par rapport à la consigne, la SAQ prévient que ses succursales sont trop petites pour gérer le dépôt des bouteilles et qu'elle devrait renégocier ses baux pour adapter l'espace, ce qui serait très coûteux.

Le gouvernement Couillard se garde lui aussi de prendre position. Le ministre des Finances, Carols Leitao, affirme que la priorité de son gouvernement est de valoriser la récupération du verre.

Quant aux coûts estimés, M. Leitao refuse de dire s'ils sont élevés ou pas. « Quoi qu'on fasse, qu'on prenne l'option A, B ou C, il va y avoir des coûts. Il ne faut pas non plus penser que ça ne coûterait absolument rien d'améliorer la récupération du verre », a-t-il dit.

Ce qui arrive aux bouteilles recyclées ou consignées :

  • Environ 80 % des contenants en verre non consignés sont des bouteilles vendues par la SAQ. Cela représente 200 millions de bouteilles par année. S'ajoutent à cela 30 millions de bouteilles qui proviennent de bars et de restaurants.
  • Lorsqu'elles sont récupérées pêle-mêle dans la collecte sélective, les bouteilles se cassent tout au long de la chaîne de tri, ce qui complique leur recyclage et contamine les autres matières, comme le carton et le plastique. Ainsi mélangé, le verre perd de sa qualité et il n'a presque plus de valeur sur le marché.
  • Les partisans de la consigne soutiennent qu'elle permettrait un tri plus efficace du verre. Celui-ci serait envoyé directement chez le recycleur par lots de différente couleur, augmentant ainsi grandement sa valeur. Le verre ainsi récupéré est recyclable à l'infini en verre de la même qualité.
  • Même si les bouteilles de vin étaient récupérées grâce à une consigne (comme c'est le cas dans les autres provinces, exception faite du Manitoba), elles ne pourraient être réembouteillées comme le sont les bouteilles de bière consignées, qui peuvent être réemployées plus de 15 fois. Inutile de rappeler que la plus grande part du vin consommé au Québec est produit et embouteillé à l'étranger.

Sources : SAQ, Recyc-Québec, Front commun québécois pour une gestion écologique des déchets

Pour voir le tableau sur la récupération des contenants consignés sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Pour voir le tableau sur le taux de récupération des contenants de verre sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST