NOUVELLES
27/04/2015 07:05 EDT | Actualisé 27/06/2015 01:12 EDT

Yémen: au moins 12 rebelles tués dans des raids aériens dans le sud

Au moins 12 rebelles ont été tués lundi dans des raids aériens de la coalition arabe conduite par l'Arabie saoudite contre leurs positions dans le sud du Yémen, théâtre aussi de violents combats au sol, selon des sources militaires et provinciales.

Intervenant à Ataq, chef-lieu de la province de Chabwa, des avions de la coalition ont bombardé des casernes, ainsi que cinq écoles transformées par les rebelles en entrepôts d'armes et de munitions, ont indiqué à l'AFP des sources militaires.

Au moins douze rebelles chiites ou leurs alliés, des militaires fidèles à l'ex-président Ali Abdallah Saleh, ont été tués et plusieurs autres blessés dans ces raids qui ont détruit notamment des chars et des transports de troupes, selon les mêmes sources.

Deux raids aériens ont en outre visé dans la journée des positions rebelles à Loder, ville de la province d'Abyane, détruisant du matériel militaire et tuant et blessant plusieurs miliciens et militaires pro-Saleh, ont indiqué des responsables provinciaux.

Un camp des forces spéciales, une école et un stade que les rebelles ont transformés en bases à Dhaleh, également dans le sud du Yémen, ont été pris pour cibles par l'aviation de la coalition qui intervient en soutien aux forces favorables au président Abd Rabbo Mansour Hadi, réfugié en Arabie saoudite, ont précisé des responsables de la région.

Des frappes aériennes ont eu lieu aussi dans la nuit contre les rebelles et leurs alliés autour d'Aden et de Taëz, principales villes du sud, selon des témoins.

Des affrontements se sont par ailleurs poursuivis pour la deuxième journée consécutive dans des quartiers résidentiels de Taëz où trois habitants ont été tués, portant à 16 le nombre de morts parmi les civils dans cette grande ville du sud-ouest du Yémen, selon des sources locales et médicales.

L'intensité des combats à l'arme lourde, dont des canons de char et des lance-roquettes RPG, a poussé des centaines d'habitants à quitter leurs maisons pour chercher refuge dans des secteurs plus sûrs, a rapporté un correspondant de l'AFP.

Des combats opposent par intermittence partisans et adversaires du chef de l'Etat dans la plupart des grandes villes du sud, sept jours après l'annonce par Ryad de l'arrêt de la phase intensive des raids lancée le 26 mars.

Des frappes aériennes se poursuivent cependant quotidiennement, Ryad ayant prévenu que l'aviation interviendrait contre tout mouvement suspect rebelle au sol.

faw/tm/ras/jri

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!