NOUVELLES
27/04/2015 12:56 EDT | Actualisé 27/06/2015 01:12 EDT

Séisme au Népal: le monastère de Shéchèn lézardé mais pas effondré (moine)

Le monastère de Shéchèn, près de Katmandou, a été lézardé par le séisme qui a frappé samedi le Népal mais ne s'est pas effondré, a rapporté à l'AFP le moine boudhiste Matthieu Ricard, de passage en France.

L'interprète du Dalaï Lama, qui vit depuis une trentaine d'années au Népal, a quitté le pays "juste avant" que le tremblement de terre tue des milliers de personnes et en affecte des millions d'autres.

S'il a "regretté de ne pas être là", Matthieu Ricard souligne que ses frères du monastère de Shéchèn étaient "prêts" à une telle éventualité.

"On a fait plusieurs répétitions générales au monastère, on a des réserves d'eau, de nourriture. Des spécialistes des tremblements de terre ont formé les moines", décrit-il.

"Il n'y a pas eu de panique du tout. Il y avait mille personnes dans le temple, ça bougeait beaucoup, ils ont évacué les personnes âgées, les enfants, dans le calme. L'entraide était formidable", raconte-t-il. Selon lui, les populations des environs sont venues se réfugier au monastère, lequel, construit il y a vingt ans en fonction des règles antisismiques, "a été lézardé mais rien ne s'est effondré".

En revanche, s'inquiète-t-il, "il y a très peu de maisons construites selon les règles antisismiques. Ce sont un peu des châteaux de cartes".

Le tremblement de terre de magnitude 7,8 a tué déjà 4.000 personnes et le moine redoute que le chiffre gonfle à mesure que s'écoulent les heures: "En 1934 (année où un séisme de magnitude 8,1 avait frappé l'est de Katmandou), il y a eu 10.000 morts alors que la ville comptait 100.000 habitants. Là il y en a 2,5 millions".

"J'ai vécu plusieurs tremblements de terre, plus petits. On se disait: le gros, quand est-ce qu'il arrive?", témoigne Matthieu Ricard, expliquant: "Katmandou est vouée à la destruction tous les 70 ans".

pau/at/mw/dac

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!