NOUVELLES
27/04/2015 09:16 EDT | Actualisé 27/06/2015 01:12 EDT

RDC: la justice doit jouer un "rôle majeur" à l'approche des élections (UE)

La justice doit jouer un "rôle majeur" en République démocratique du Congo pour assurer le respect de la liberté d'expression, a affirmé lundi l'Union européenne, alors que le climat est très tendu dans le pays à l'approche des élections.

La RDC "se trouve à un moment charnière, notamment dans la perspective des prochaines élections locales, provinciales et présidentielle d'ici à novembre 2016" et le "système judiciaire est appelé à jouer un rôle majeur", a souligné Jean-Michel Dumond, ambassadeur de la représentation de l'UE en RDC.

"Il est, en effet, important de protéger l'exercice de la liberté d'expression, de respecter les droits de l'opposition comme ceux de la majorité, d'assurer un espace politique ouvert ainsi que l'indépendance et l'impartialité de la justice", a-t-il ajouté.

Rappelant que les "tribunaux auront à régler en toute rigueur et sérénité les nombreux contentieux qui ne manqueront pas de surgir", il a expliqué que les partenaires (ONU, UE...) de la RDC étaient "prêts à appuyer l'amélioration d'une justice transparente, impartiale, indépendante, efficace et protectrice des droits de l'Homme".

M. Dumond s'exprimait à l'ouverture des états généraux de la justice en RDC, ouverts par le président Joseph Kabila, en présence de hauts responsables congolais (gouvernement, justice, armée, police, société civile...), ainsi que d'ambassadeurs étrangers et de diplomates.

Ces assises doivent établir un "diagnostic complet et sans complaisance" de la justice congolaise et trouver des solutions à ses maux, notamment de l'"incurie", le "clientélisme", le "trafic d'influence", la "corruption", l'"impunité" et l'"iniquité", a énuméré le ministre de la Justice, Alexis Thambwe Mwamba, dans son discours.

"Au cours des dix dernières années, une trentaine de procès pour crimes de guerre ou crimes contre l'humanité se sont tenus devant les juridictions militaires. (...) Ces progrès sont encourageants et méritent d'être soulignés", estime l'organisation américaine des droits de l'Homme Human Rights Watch.

Mais "il convient de noter que le nombre total de procès concernant des crimes de guerre ou crimes contre l'humanité est extrêmement limité au vu de l'ampleur des crimes graves commis" dans le pays, nuance-t-elle, plaidant entre autres pour la mise en place des chambres spécialisées mixtes qui doivent juger les crimes de guerre, crimes contre l'humanité et crimes de génocide.

Les états généraux de la justice se sont ouverts alors que le climat est très tendu dans le pays à l'approche de la présidentielle de novembre 2016: le président Kabila, au pouvoir depuis 2001, ne peut pas se représenter, selon la Constitution, mais l'opposition l'accuse de chercher à se maintenir au pouvoir.

En janvier, l'opposition avait appelé à manifester contre un projet de révision de la loi électorale qui aurait pu permettre au chef de l'État de rester au pouvoir au-delà du terme de son mandat. Plusieurs dizaines de personnes ont été tuées, essentiellement à Kinshasa, et des opposants ont été arrêtés.

Le 15 mars, une trentaine de personnes ayant participé à une rencontre sur la bonne gouvernance et la démocratie, en partie parrainée par les États-Unis, ont été arrêtées, les autorités les accusant de vouloir commettre des "actes de violences" contre le pouvoir.

Il resterait au moins deux militants détenus à Kinshasa, dont un du mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha), basé à Goma (est). Quatre autres militants de ce groupe ont été arrêtés à Goma après avoir demandé la libération des militants prisonniers à Kinshasa.

"Nous voulons les élections les plus transparentes possibles (...) mais nous ne permettrons pas le désordre, ni à Kinshasa, ni ailleurs", a menacé le ministre Thambwe Mwamba.

M. Dumond a pour sa part rappelé que, selon l'article 18 de la constitution congolaise, "nul ne peut être détenu plus de 48h00 sans être déféré à la justice". "Il est important que cette procédure et toutes les procédures permettant un procès équitable soient respectées", a-t-il souligné.

hab/mbb/jhd

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!