NOUVELLES
27/04/2015 00:01 EDT | Actualisé 26/06/2015 01:12 EDT

Pyongyang doit réintégrer la liste américaine des "Etats soutenant le terrorisme" (rapport)

La Corée du Nord a accru son "soutien matériel" à des organisations extrémistes depuis son retrait de la liste américaine des "Etats soutenant le terrorisme" en 2008 et devrait donc la réintégrer, plaide une ONG américaine dans un rapport lundi.

"Depuis 2008, la Corée du Nord a accru son utilisation du terrorisme comme instrument politique et a augmenté son soutien matériel à des organisations considérées comme terroristes", explique Greg Scarlatoiu, directeur du Comité pour les droits de l'homme en Corée du Nord (HRNK), dans un communiqué qui accompagne le rapport intitulé "L'arsenal de la terreur".

Le régime de Pyongyang, dirigé à l'époque par Kim Jong-il, avait été retiré de la liste américaine des "Etats soutenant le terrorisme" en 2008 sous la présidence de George W. Bush, dans l'espoir d'engager un dialogue.

Las, Joshua Stanton, l'auteur du rapport du HRNK, pointe que "le soutien de la Corée du Nord au terrorisme représente aujourd'hui une menace pour les droits de l'homme dans plusieurs régions du monde, dont les Etats-Unis".

M. Stanton relève par exemple qu'en 2009, un après le retrait de Pyongyang de la "liste noire", "les interceptions répétées de chargements à destination de l'Iran et de ses clients terroristes ont mis en évidence le rôle crucial que joue la Corée du Nord dans la fourniture d'armes aux terroristes soutenus par l'Iran".

"Certains articles de presse ont révélé que ces armes étaient destinées aux clients terroristes de l'Iran, dont le Hezbollah (libanais) et le Hamas (palestinien)", qui figurent depuis 1997 sur la liste des "organisations terroristes étrangères" du département d'Etat, assène M. Stanton.

En conséquence, le chercheur estime que la Corée du Nord "répond aux critères" requis pour placer un Etat sur la "liste noire", bien qu'il juge ces critères "vagues" et appelle le Congrès à les affiner.

A l'heure actuelle, la "liste noire" américaine compte quatre pays: le Soudan, la Syrie, l'Iran et Cuba. Mais dans le cadre du processus de normalisation des relations entre La Havane et Washington, le président Barack Obama s'est prononcé il y a une dizaine de jours pour le retrait de l'île communiste de la liste.

gde/lby

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!