NOUVELLES
27/04/2015 02:53 EDT | Actualisé 27/06/2015 01:12 EDT

Milan, métropole de poche aux rêves universels

Milan, deuxième ville d'Italie, est une "métropole de poche" bien lotie en infrastructures, qui n'a eu qu'à renforcer ses transports et services publics dans la perspective de l'arrivée de 20 millions de visiteurs à l'Exposition universelle, dont l'inauguration est prévue vendredi.

"Milan a une tradition de ville extrêmement ouverte, internationale, capable d'intégrer (...) Elle était déjà prête à recevoir un grand événement comme l'Expo", déclare à l'AFP Franco D'Alfonso, adjoint au maire de Milan, chargé du commerce, des activités productives et du tourisme, à propos de cet événement que la ville prépare depuis 2008.

Sa position géographique, au coeur d'une des régions les plus riches d'Europe signifie que malgré sa population de "seulement" 3 millions d'habitants, elle dispose "de services pour 10 millions d'habitants", selon lui.

"On peut parler de métropole de poche. Elle est petite, mais pas monoculturelle: elle n'est pas seulement la ville de la mode, mais aussi du design, de la santé et de la recherche. Elle dispose d'une grande variété de patrimoines culturels, au-delà de l'oeuvre la plus connue, le Cenacolo" (La Cène, peinture murale de Léonard de Vinci dans le couvent milanais de Santa Maria delle Grazie), souligne-t-il.

La contribution de la municipalité à l'Expo consiste essentiellement en une offre accrue de transports publics (que les visiteurs à l'Expo sont fortement encouragés à emprunter pour limiter l'engorgement automobile), de services (accueil, ordures ménagères) et de culture avec le projet "Expo in città" (Expo en ville), qui recense plusieurs milliers d'initiatives.

Le modus operandi adopté par la mairie est une adaptation de celui utilisé chaque année lors du Salone del Mobile, grand rendez-vous du design, qui attire plusieurs centaines de milliers de personnes, notamment dans sa vaste partie "off", le "Fuori Salone", explique M. D'Alfonso. "La mairie a joué le rôle de chef d'orchestre avec les forces culturelles, les entreprises...", explique-t-il.

Partout, les initiatives Expo fleurissent, y compris hors de Milan et jusqu'à Venise où l'on espère aussi profiter des retombées économiques du projet. Le théâtre de la Scala a prévu un programme spécial, démarrant par "Turandot" de Giaccomo Puccini le 1er mai. Le "quadrilatère de la mode", quartier de boutiques ultra-chics du centre historique, n'est pas en reste.

D'autre projets initiaux liés à l'Expo ont été redimensionnés, notamment un projet controversé de réseaux de canaux pour alimenter le site, ou repoussés (une cinquième ligne de métro desservant l'aéroport de Linate). Rien n'a en revanche encore été décidé pour la reconversion ultérieure du site de l'Expo.

En matière de sécurité, le niveau d'alerte est "au maximum", note M. D'Alfonso, qui reconnaît cependant que "personne au monde ne peut dire pouvoir contrôler 100% de quoi que ce soit". L'appareil sécuritaire a été testé lors du semestre de présidence européenne de l'Italie fin 2014, dont Milan était le centre opérationnel.Quelque 4.000 policiers et militaires seront appelés en renfort.

Côté hébergement, M. D'Alfonso note que Milan est très bien dotée en raison de sa forte tradition de tourisme d'affaires et de congrès, qui lui garantissent habituellement des hôtels pleins 7 à 8 mois par an.

Mais des hôteliers âpres au gain ne vont-ils pas profiter de l'occasion pour abuser des touristes, comme l'ont affirmé certains médias ? "C'est une inquiétude traditionnelle. Aux jeux Olympiques de Londres, 50% des hôtels étaient vides à cause des prix excessifs. Certains hébergeurs ont cette vieille habitude invétérée de vouloir tenter le coup. Mais les nouvelles que nous avons ne vont pas dans ce sens, les hôtels se remplissent", répond l'adjoint, soulignant que la durée de l'événement (six mois) contribue en outre à "diluer" ce genre d'effet.

Eugenio Galli, directeur commercial de l'hôtel Klima, situé immédiatement aux abords d'Expo en périphérie de Milan, va dans le même sens: "Pour nous les réservations sont au-delà des attentes. Nous avons mis en place nos tarifs Expo il y a un an et ce choix nous a servis: nous sommes déjà quasi pleins en mai, juin, septembre et octobre", a-t-il assuré à l'AFP.

ahe/ob/jh

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!