NOUVELLES
27/04/2015 13:26 EDT | Actualisé 27/06/2015 01:12 EDT

Les journalistes pris en étau entre les "terroristes" et les gouvernements (CPJ)

Les journalistes sont pris en étau entre d'un côté les groupes de terreur et de l'autre les gouvernements qui restreignent les libertés civiles au nom de la lutte contre le terrorisme, selon un rapport du Comité pour la protection des journalistes (CPJ) lundi.

"Les journalistes sont pris dans une dynamique de terreur dans laquelle ils sont menacés par des acteurs non étatiques qui les prennent pour cible, et par les gouvernements qui restreignent les libertés civiles, y compris la liberté de la presse, au nom justement de la lutte contre le terrorisme", a dit le directeur exécutif du CPJ, Joel Simon.

La myriade de menaces, "de la surveillance à l'auto-censure en passant par la violence et l'emprisonnement", font que la période "est la plus dangereuse et meurtrière pour les journalistes dans toute l'histoire récente", a-t-il ajouté.

L'Ethiopie, l'un des Etats qui emprisonnent le plus les journalistes, a mis derrière les barreaux de nombreux reporters accusés de promouvoir le terrorisme. De la même manière, l'Egypte a récemment emprisonné plusieurs journalistes pour des connexions présumées avec les Frères musulmans.

En préambule du rapport, la grand-reporter de CNN Christiane Amanpour a rappelé les meurtres de journalistes en Syrie et l'attaque contre l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, dans laquelle huit journalistes ont trouvé la mort en janvier à Paris.

"Avec plus de 1.000 journalistes tués depuis 1992 et l'attaque meurtrière contre Charlie Hebdo début 2015, il est clair que les menaces ne sont pas limitées à quelques mauvaises années et ne sont pas près de disparaître", a-t-elle écrit.

Celle-ci a noté que les troubles politiques dans de nombreux pays et la diffusion très rapide des informations par internet faisaient que couvrir un conflit est devenu plus dangereux que jamais.

En Europe, les journalistes sont quant à eux soumis à certaines contraintes érigées au nom de la protection de la vie privée, et ils sont confrontés à la montée de l'extrémisme d'extrême-droite et au terrorisme, a repris le CPJ.

Enfin, aux Etats-Unis, les contraintes liées à la sécurité nationale "forcent les journalistes à agir comme des espions pour protéger leurs sources", a encore regretté CPJ.

jm/bdx/vog

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!