NOUVELLES
27/04/2015 17:14 EDT | Actualisé 27/06/2015 01:12 EDT

Les funérailles de Gray ne calment pas les tensions à Baltimore

BALTIMORE - Les tensions demeurent vives à Baltimore alors que des milliers de personnes ont assisté aux funérailles de l'homme décédé des suites d'une fracture des vertèbres cervicales subie pendant sa détention dans un poste de police.Les circonstances mystérieuses entourant la mort de Freddie Gray, un individu âgé de 25 ans, ont apporté de l'eau au moulin de ceux qui réclament un débat national sur l'usage de la force par les policiers aux États-Unis.Tout au long de la journée, les affrontements entre les forces de l'ordre et des manifestants se sont multipliés dans la ville du Maryland. Ainsi, quelques heures après la fin de la cérémonie religieuse, plusieurs dizaines de personnes ont affronté des policiers portant casques et boucliers à l'extérieur d'un centre commercial au nord-ouest de Baltimore. Des manifestants ont lancé des pierres et des briques aux policiers. Un homme a tenu ses mains en l'air alors que des policiers se dirigeaient vers lui, un geste que l'on a souvent vu au cours des récentes manifestations.Les funérailles de Freddie Gray, décédé le 19 avril, plusieurs jours après son arrestation, se sont déroulées à l'église New Shiloh Baptist, remplie à pleine capacité pour l'occasion. Quelque 2500 personnes — dont plusieurs n'ont jamais rencontré la victime — se sont entassées pour saluer la mémoire du jeune homme.L'avocat de la famille Gray, Bill Murphy, a été ovationné au début de la cérémonie lorsqu'il a exigé des explications publiques des six policiers qui ont arrêté Freddie Gray. «Le temps est venu de nous dire la vérité. Le temps est venu de bien faire les choses», a-t-il déclaré.Une file d'attente pour entrer dans l'église s'est formée environ deux heures avant le début de la cérémonie. Tandis que les gens entraient à l'intérieur de l'édifice, le cercueil blanc de Freddie Gray, flanqué d'arrangements floraux, a été ouvert. Un cordon de sécurité avait été placé pour empêcher de s'en approcher trop. Une personne a pris une photographie à l'aide d'un cellulaire.Un oreiller blanc sur lequel avait été imprimée une photographie de Freddie Gray a été placé dans le cercueil. On pouvait aussi lire sur deux petits écrans les mots suivants: «Black Lives Matter & All Lives Matter (la vie des Noirs compte et la vie de tout le monde compte)».La cérémonie a duré près de deux heures.Le révérend Jamal Bryant a prononcé un éloge funèbre plein de vigueur au grand plaisir de la foule qui l'a chaudement applaudi. Le célébrant a affirmé que la mort de Freddie Gray avait provoqué des manifestations. Il a enjoint l'assistance d'y participer.«La mort de Freddie ne sera pas vaine, a-t-il dit. Demain, nous continuerons de marcher. Demain, nous continuerons de réclamer la justice.»Le révérend Jesse Jackson, figure bien connue des mouvements civiques aux États-Unis, s'est également adressé à la foule. Il a affirmé que l'augmentation des effectifs policiers n'était pas une bonne réponse à la violence. Il vaut mieux, a-t-il ajouté, s'occuper de la formation de la main-d'oeuvre et de la question du logement. «Nous n'avons rien fait de mal. C'est la formule qui est mauvaise.»Pendant que la cérémonie battait son plein, la police de Baltimore a publié un communiqué affirmant que le service avait reçu des «menaces crédibles» provenant de trois gangs connus pour leur violence. Ces bandes auraient uni leurs forces pour «éliminer» les policiers.

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!