NOUVELLES
27/04/2015 10:26 EDT | Actualisé 27/06/2015 01:12 EDT

Le Burundi depuis l'arrivée au pouvoir de Nkurunziza

Dates-clés du Burundi depuis l'accession au pouvoir de Pierre Nkurunziza en 2005.

- 2005: ARRIVÉE AU POUVOIR DE PIERRE NKURUNZIZA -

Le 19 août, l'ex-chef rebelle hutu, Pierre Nkurunziza, est élu président par le Parlement, seul candidat pour ce premier scrutin présidentiel depuis 1993.

Son parti, le Conseil national pour la défense de la démocratie (Cndd-FDD), formation politique créée par la principale rébellion des Forces pour la défense de la démocratie (FDD), avait remporté toutes les élections depuis juin.

Le 26 août, sa prestation de serment marque la fin de la transition politique entamée après les accords de paix d'Arusha signés en 2000 qui ont ouvert la voie à la fin de la longue guerre civile (1993-2006).

- 2010: RÉÉLECTION DE NKURUNZIZA - VIOLENCES -

Le 28 juin, Nkurunziza est réélu lors d'une présidentielle boycottée par l'opposition. Le scrutin présidentiel est le premier au suffrage direct depuis la victoire en 1993 du premier président démocratiquement élu, Melchior Ndadaye, un Hutu. Son assassinat lors d'une tentative de coup d'État par l'armée, alors dominée par la minorité tutsie, avait plongé le Burundi dans la guerre civile.

Le 23 juillet, le Cndd-FDD obtient une très large victoire aux législatives.

Au lendemain du boycott des deux élections, des violences vont reprendre dans le pays, matérialisées par l'éclosion de mouvements rebelles et, selon l'ONU, des dizaines d'exécutions extra-judiciaires.

- 2014: DÉBUT DE LA CRISE POLITIQUE -

Le 5 février, le Burundi s'enfonce dans la crise avec le départ du gouvernement, dominé par le parti hutu Cndd-FDD, de tous les ministres du gouvernement issus du principal parti tutsi, l'Union pour le progrès national (Uprona), dernier épisode d'un conflit ouvert avec le camp du président Nkurunziza.

- 2014-2015: INCURSION A PARTIR DE LA RDC -

Fin décembre-début janvier, les forces de l'ordre affrontent pendant cinq jours au nord de Bujumbura un important groupe de rebelles. L'armée affirme avoir tué une centaine de ces hommes venus de la République démocratique du Congo voisine. Human Rights Watch accuse l'armée et la police d'avoir perpétré des dizaines d'exécutions sans jugement. En 2014, cette région frontalière a été le théâtre de plusieurs incidents impliquant des rebelles en provenance de RDC.

- 2015: INQUIÉTUDE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE -

Le 15 avril, le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme affirme qu'à l'approche des élections législatives et présidentielle de mai et juin, le Burundi semble s'acheminer sur la voie de "la violence et l'intimidation" avec une milice pro-pouvoir agissant "en toute impunité".

Le 17 avril, au moins deux policiers sont blessés à Bujumbura lors de heurts entre la police et des militants de l'opposition appelant le président sortant à renoncer à un troisième mandat. Le 19 avril, 65 personnes sur quelque 120 arrêtées lors des manifestations sont inculpées de "participation à un mouvement insurrectionnel".

Depuis plusieurs mois, la communauté internationale s'inquiète ouvertement des tensions croissantes de plus en plus cristallisées autour d'un éventuel 3e mandat de M. Nkurunziza. Elle dénonce notamment un climat d'intimidations et d'exactions.

- 2015: NKURUNZIZA CANDIDAT A UN 3E MANDAT - MANIFESTATIONS -

Le 25 avril, Pierre Nkurunziza est désigné par son parti, le Cndd-FDD, candidat à un troisième mandat présidentiel. L'opposition appelle à des manifestations "pacifiques" afin de contrer ce qu'elle qualifie de "coup d'État" et contraindre Pierre Nkurunziza à renoncer à cette candidature. Celle-ci "risque de plonger le Burundi dans le chaos", déclare le principal opposant Agathon Rwasa.

Le 27 avril, la population redescend dans la rue, mais la police empêche les manifestants de gagner le centre-ville, au lendemain de manifestations d'opposants qui ont débouché sur des violences (quatre morts). Une figure de la société civile, le défenseur des droits de l'Homme Pierre-Claver Mbonimpa est arrêté à Bujumbura et les autorités ferment la principale radio indépendante du pays, la RPA (Radio Publique africaine).

acm/bc/dom

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!