NOUVELLES
27/04/2015 06:12 EDT | Actualisé 27/06/2015 01:12 EDT

L’écrivain canadien Michael Ondaatje proteste contre un prix remis à Charlie Hebdo

L'écrivain canadien Michael Ondaatje est au nombre des auteurs qui se retirent du gala du Centre américain du PEN, qui aura lieu le mois prochain. Ils protestent contre l'attribution d'un prix honorant Charlie Hebdo.

Les écrivains Francine Prose, Teju Cole, Rachel Kushner, Taiye Selasi et Peter Carey ont également décidé de se retirer.

Le Centre américain du PEN est un organisme américain qui défend la liberté d'expression et les droits des écrivains. Il remettra le prix de la liberté d'expression et du courage au magazine satirique français Charlie Hebdo le 5 mai prochain à New York.

Le Centre a annoncé que ces écrivains avaient été choqués par les caricatures de musulmans et de démunis faites par Charlie Hebdo.

La majorité de la communauté littéraire s'est ralliée au magazine après la tuerie de janvier dernier qui a fait 12 victimes, mais quelques voix se sont élevées contre ses caricatures cinglantes du Prophète Mahomet et des musulmans.

L'auteure Francine Prose, une ex-présidente du Centre américain du PEN, fait partie de ces voix discordantes. L'annonce de l'attribution de ce prix l'a contrarié. Elle est favorable à la liberté d'expression sans limites et elle déplore la tuerie de janvier, mais Francine Prose fait remarquer que ce prix souligne « l'admiration et le respect » pour le travail de la personne honorée.

En janvier dernier, l'écrivaine canadienne Nancy Huston, qui vit en France depuis une quarantaine d'années, s'était prononcée sur le travail de l'hebdomadaire Charlie Hebdo. Elle avait affirmé que « c'est un humour qui trivialise, agresse, banalise, blesse, et je n'ai jamais vu l'utilité d'être bête et méchant. Je ne peux pas dire que ce sont mes valeurs, puisque mes valeurs sont exactement le contraire de ça. »

Le magazine satirique Charlie Hebdo sera représenté lors du gala par son rédacteur en chef Gérard Biard et essayiste Jean-Baptiste Thoret.

Andrew Solomon, le président du PEN, reconnaît que les caricatures de Charlie Hebdo ont offensé plusieurs personnes, mais le centre croit fermement en la « justesse » du prix.

Le Centre américain du PEN remettra également des prix au dramaturge Tom Stoppard, à la journaliste azerbaïdjanaise Khadija Ismayilova et à Markus Dohle, PDG de l'éditeur Penguin Random House.

Ces dernières années, le centre a honoré des écrivains comme Michael Ondaatje, Salman Rushdie et Philip Roth.

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!