NOUVELLES
27/04/2015 05:54 EDT | Actualisé 27/06/2015 01:12 EDT

Force de maintien de la paix et réformes au menu du sommet Ukraine-UE à Kiev

Sous la pression des Occidentaux qui réclament des réformes, l'Ukraine va profiter d'un sommet avec l'UE lundi à Kiev pour tenter d'obtenir l'appui des Européens pour son projet de force internationale de maintien de la paix dans l'Est rebelle prorusse.

Le président Petro Porochenko espère "des signaux forts de soutien à l'Ukraine" lors du sommet, a rapporté son service de presse à l'issue de son entretien téléphonique vendredi avec le président du Conseil européen, Donald Tusk.

Ce dernier est venu à Kiev avec le président de l'UE, Jean-Claude Juncker, et le commissaire européen pour la Politique régionale et l'intégration européenne, Johannes Hahn.

Il s'agit du premier sommet organisé après la signature en juin 2014 d'un accord d'association Ukraine-UE, dont le rejet initial par l'ex-président prorusse Viktor Ianoukovitch avait déclenché des protestations proeuropéennes du Maïdan débouchant sur la chute en février du régime malgré une tentative de répression dans le sang.

Après la fuite en Russie de M. Ianoukovitch, Moscou a annexé la péninsule ukrainienne de Crimée. Quelque semaines plus tard, cette ex-république soviétique de 45 millions d'habitants située aux portes de l'Union européenne s'est retrouvé face à une rébellion prorusse dans l'Est qui s'est transformée en une véritable guerre avec plus de 6.100 morts en un an.

- Mission policière de l'UE ou casques bleus de l'ONU ?

La médiation franco-allemande a permis de conclure au début de l'année des accords de paix Minsk 2 instaurant un cessez-le-feu globalement respecté depuis la mi-février dans l'est mais cette trêve est très fragile et des combats isolés continuent d'alourdir le bilan du conflit.

Dernier exemple en date, les observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) déployés dans l'est du pays ont annoncé lundi avoir été témoins la veille du bombardement "le plus intense" depuis mi-février à proximité du port stratégique de Marioupol, au bord de la mer d'Azov.

Dans ce contexte, Kiev ne cesse d'appeler les Occidentaux à lui fournir des armes létales pour faire face aux rebelles et à déployer une force de maintien de la paix - une mission policière de l'UE ou des casques bleus de l'ONU - sur la ligne du front mais aussi à la frontière ukraino-russe alors que l'Ukraine et les Occidentaux accusent Moscou de livrer des armes aux séparatistes et d'avoir déployé ces troupes dans ce territoire.

Lors de leur conversation téléphonique, MM. Porochenko et Tusk "se sont mis d'accord pour coordonner leur activités (...) concernant la possibilité de déployer une mission sous l'égide de l'UE", selon la présidence ukrainienne.

L'UE a reçu des propositions ukrainiennes à ce sujet, mais "à ce stade, nous étudions ces propositions en détails", a indiqué un responsable européen sous couvert de l'anonymat. Et l'UE ne voit "aucune raison" de remplacer la mission de l'OSCE sur place, a-t-il averti.

- Des réformes qui tardent -

Pour sa part, Kiev suggère d'ajouter une nouvelle force d'interposition aux observateurs de l'OSCE. "Plus on a d'observateurs internationaux indépendants (...), moins élevé est le risque de la reprise" d'hostilités, avait souligné début avril le chef de l'administration présidentielle ukrainienne Boris Lojkine à un petit groupe de médias internationaux dont l'AFP.

Alors que l'Ukraine est sous perfusion financière des Occidentaux pour éviter la faillite, les Européens deviennent de plus en plus impatients de voir se concrétiser les réformes promises par les autorités prooccidentales, notamment en matière de lutte contre la corruption.

"Le sommet sera centré sur les défis des réformes", leur "réelle mise en oeuvre, le changement de la vie réelle des gens", a relevé le responsable européen.

"L'Ukraine a souvent échoué à respecter les promesses faites à ses citoyens et à la communauté internationale", a reconnu M. Porochenko dans une tribune publiée vendredi le quotidien britannique The Guardian.

Mais "une Ukraine nouvelle est déterminée à être à la hauteur de ses engagements. L'Ukraine va aller de l'avant sur son chemin vers l'UE en dépit de nombreux obstacles", a-t-il assuré le président.

ant/kat/jh

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!