NOUVELLES
27/04/2015 16:49 EDT | Actualisé 27/06/2015 01:12 EDT

Début du procès du responsable de la tuerie dans un cinéma du Colorado

CENTENNIAL, États-Unis - Le procès très attendu du responsable d'une tuerie dans un cinéma du Colorado s'est ouvert lundi avec les déclarations préliminaires des avocats.James Holmes, qui a plaidé non coupable pour cause d'aliénation mentale, a abattu 12 personnes et en a blessé 70 autres lorsqu'il a ouvert le feu dans une salle de cinéma, en banlieue de Denver, où était présenté le dernier film de la série «Batman», à minuit, le 20 juillet 2012. Il s'agit de l'une des tueries les plus meurtrières dans l'histoire des États-Unis.Le procès, au terme duquel Holmes pourrait être condamné à la peine de mort, ne porte pas sur la responsabilité de l'homme, mais bien sur son état de santé mentale lors de l'événement.Les avocats de Holmes martèlent qu'il était pris dans un épisode psychotique et qu'il ne pouvait pas différencier le bien du mal lorsqu'il a posé ce geste.Les procureurs allèguent toutefois que l'homme planifiait son crime depuis des mois, alors qu'il s'était procuré de nombreuses armes, dont un fusil, une carabine, deux pistolets, des bombes lacrymogènes et une armure. Il avait aussi laissé dans son appartement des produits chimiques qui auraient pu causer encore plus de dommages.Parmi les preuves, le jury étudiera les deux évaluations psychiatriques de Holmes. Le juge avait ordonné un deuxième examen après que les procureurs eurent déclaré que le premier était biaisé.Les résultats de ces tests et la liste des témoins censés se présenter ne sont pas publics.Contrairement à d'autres États américains, au Colorado, ce sont les procureurs qui doivent convaincre les jurés que Holmes était sain d'esprit.Chaque intervenant avait deux heures pour présenter sa déclaration, lundi. Ce sont les procureurs qui ont exposé leurs arguments en premier.Au début de l'audience, lundi, Holmes était assis calmement pendant que le juge donnait les instructions aux jurés.Le procès se tient après deux ans et demi de délibérations judiciaires portant sur la peine de mort et l'aliénation mentale et trois mois pour la sélection du jury. Les audiences s'annoncent longues et émotives avec les nombreux témoignages des survivants.Parmi les victimes figurait une fillette de 6 ans, deux soldats, une mère monoparentale, un homme qui célébrait son 27e anniversaire et une aspirante journaliste qui avait survécu à une autre fusillade au Centre Eaton, à Toronto.

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!