NOUVELLES
27/04/2015 13:53 EDT | Actualisé 27/06/2015 01:12 EDT

Colloque antiterroriste à Paris: échange de bonnes pratiques et de cartes de visite

Ils combattent le terrorisme chacun dans leur pays mais souvent ne se connaissent pas: cent soixante-treize magistrats et acteurs de l'antiterrorisme mondial se sont retrouvés lundi à Paris pour échanger analyses et cartes de visite.

C'est la ministre de la justice française, Christiane Taubira, qui a sollicité cette rencontre en février dernier à New-York dans la foulée d'une intervention devant le comité contre le terrorisme des Nations Unies après les attentats de janvier à Paris.

"Le terrorisme déstabilise nos systèmes politiques et nous avons tous intérêt à intensifier la coopération internationale", a-t-elle expliqué en ouverture du colloque.

"L'important durant ces trois jours de travaux, ce sont les contacts directs", a expliqué Mme Taubira en évoquant "des échanges de numéros de téléphone et de cartes de visite" entre des hauts magistrats opérationnels dans leur pays.

"Lorsque les magistrats se connaissent, ont le visage de l'interlocuteur dans les yeux, ils n'hésitent pas à l'appeler directement, y compris la nuit puisqu'on est sur des fuseaux horaires différents, parce qu'une relation de confiance s'est nouée et avec ça, on peut gagner des heures", a-t-elle lancé

Parmi les principaux intervenants figurent Gilles de Kerchove, coordonnateur de la lutte contre le terrorisme de l'Union européenne, Michèle Coninsx, présidente d'Eurojust, Bruce Swartz, haut responsable du ministère de la Justice américain. La France est notamment représentée par François Molins, procureur de Paris.

"Le terrorisme n'a pas de frontière et l'on se tourne régulièrement vers des pays étrangers qui généralement jouent le jeu même si certains ont plus de difficultés que d'autres", a expliqué le procureur en vantant notamment la coopération de la France avec la Belgique, l'Espagne ou les États-Unis.

"Avec la Turquie, c'est plus complexe", a reconnu le magistrat tout en se félicitant d'une bonne coopération ces derniers mois avec l'expulsion vers la France par dizaines d'apprentis jihadistes revenant de Syrie.

Selon Mme Taubira, 12 à 15.000 combattants étrangers agiraient aujourd'hui sur le sol syrien dont 3 à 5.000 Européens. En France, 125 procédures judiciaires en lien avec la Syrie sont en cours. Le colloque sera clôturé mercredi par le Premier ministre français Manuel Valls.

pr/at/mw/dac

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!