NOUVELLES
26/04/2015 10:05 EDT | Actualisé 26/06/2015 01:12 EDT

Violences xénophobes en Afrique du Sud: le ton monte entre Pretoria et Abuja

Le gouvernement sud-africain s'est ému dimanche du rappel par le Nigeria de son ambassadeur à Pretoria après les violences xénophobes qui ont visé des immigrés africains, y compris des Nigérians, en Afrique du Sud.

"Un gouvernement a recours à une action diplomatique aussi extraordinaire pour exprimer son indignation devant les actions ou le comportement d'un autre gouvernement", a rappelé le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

"Nous ne savons pas précisément contre quelles actions ou comportement du gouvernement sud-africain proteste le gouvernement nigérian", a-t-il affirmé.

"Si les attaques contre des ressortissants étrangers dans certaines régions de notre pays sont la cause de cette mesure, il serait curieux qu'un pays frère veuille exploiter un événement aussi douloureux, quelle qu'en soit la raison."

Qualifiant la décision d'Abuja de "malheureuse et regrettable", Pretoria a relevé que la délégation nigériane n'a rien trouvé à redire aux diplomates sud-africains lors du sommet Afrique-Asie qui vient de s'achever en Indonésie.

Le gouvernement sud-africain a rappelé qu'il n'avait "pas blâmé le gouvernement nigérian" après la mort de 84 Sud-Africains dans l'effondrement de l'immeuble d'une Église évangéliste à Lagos, ni pour le retard avec les corps ont été rapatriés "dans un état tel qu'ils n'ont pu être touchés ou vus comme l'exigent nos pratiques funéraires".

Rappelant aussi la douloureuse lutte d'Abuja contre le groupe islamiste Boko Haram, Pretoria a ajouté qu'il "(espérait) que les plus de 200 filles enlevées par Boko Haram puissent un jour retrouver leurs familles".

Abuja a rappelé samedi son ambassadeur à Pretoria et son ambassadeur-adjoint à Johannesburg "en relation avec la xénophobie en cours en Afrique du Sud qui vise des étrangers, principalement des émigrés africains".

Le secrétaire d'État nigérian aux Affaires étrangères Musiliu Obanikoro avait convoqué mercredi l'ambassadeur sud-africain Lulu Mnguni "pour qu'il enregistre la protestation du Nigeria contre les attaques xénophobes en cours dirigées contre d'autres Africains en Afrique du Sud".

L'Afrique du Sud doit selon Abuja "prendre des mesures concrètes pour mettre fin aux troubles et traduire les coupables en justice" afin d'éviter la poursuite des violences, a noté le gouvernement nigérian dans un communiqué, ajoutant qu'"il a aussi appelé les autorités sud-africaines à dédommager les victimes de ces attaques".

Les violences xénophobes qui ont secoué les agglomérations de Durban et de Johannesburg pendant les trois premières semaines d'avril ont fait officiellement sept morts et des milliers de déplacés.

Aucun incident sérieux n'a été signalé depuis une semaine, alors que l'armée sud-africaine a été déployée sur certains points chauds pour prévenir tout débordement.

liu/fal