NOUVELLES
26/04/2015 00:05 EDT | Actualisé 25/06/2015 01:12 EDT

Un puissant séisme fait près de 1800 morts et de nombreux blessés au Népal

KATMANDOU, Népal - Des dizaines de milliers de personnes ont passé la nuit en plein air sous un ciel orageux et par temps froid après le puissant séisme qui a ébranlé le Népal samedi, faisant plus de 1800 morts, détruisant des centaines de bâtiments et provoquant une avalanche sur le mont Everest.Les autorités ont prévenu que le bilan risquait de s'alourdir à mesure que les informations arrivent des régions éloignées.Au lever du jour dimanche au Népal, le bilan avait atteint les 1805 morts, selon le ministère de l'Intérieur. Quelque 5000 personnes ont aussi été blessées.La secousse de magnitude 7,8 s'est produite vers midi, heure locale. Il s'agit du plus puissant tremblement de terre à frapper le Népal en plus de 80 ans. Il a été si puissant qu'il a été ressenti dans certaines régions de l'Inde, du Bangladesh, du Tibet et du Pakistan, où un total de 50 personnes sont mortes.Des dégâts majeurs ont été constatés à Katmandou. De nombreux édifices, dont des temples anciens, se sont effondrés. L'épicentre du séisme a été localisé à 80 kilomètres au nord-ouest de Katmandou.Les services de secours étant débordés, de nombreux blessés ont été conduits à l'hôpital par des proches et des amis à bord de pousse-pousse, de camions et de voitures privées. Des résidants munis d'outils de fortune ont creusé les décombres à mains nues à la recherche de survivants.Alors que la nuit tombait, des milliers d'habitants se sont installés à l'extérieur, trop craintifs de retourner dans leur domicile. Les autorités, qui s'inquiétaient de nouvelles secousses, ont pressé les résidants de la région de quitter leurs maisons. Au moins une vingtaine de répliques ont été ressenties après la première secousse.Des milliers de personnes se sont donc rassemblées sur un grand un terrain au centre de Katmandou. Elles y ont monté un campement de fortune pour passer la nuit, alors que la température avoisinait les 14 degrés Celsius et que des averses et des orages étaient attendus.Le premier ministre népalais Sushil Koirala, qui participait à une rencontre en Indonésie, a tenté de revenir au pays, en vain. Après avoir été transporté en Thaïlande, son vol vers Katmandou a été annulé parce que l'aéroport a été fermé.Des avions de l'armée de l'air indienne ont toutefois reçu la permission de s'y poser pour livrer 43 tonnes de matériel d'urgence, dont des tentes et de la nourriture, ainsi que près de 200 secouristes, a précisé une porte-parole du ministère des Affaires extérieures de l'Inde, Vikas Swarup. Ces avions sont retournés à New Delhi en transportant les ressortissants indiens qui étaient bloqués à Katmandou.Le transporteur aérien Air India a annoncé qu'il amorcerait une série de vols de secours entre l'Inde et le Népal dimanche. Le tremblement de terre a provoqué des avalanches sur le mont Everest, où au moins 17 personnes ont été tuées et 61 autres, blessées. Impossible de connaître pour l'instant la nationalité des victimes. Certains témoins ont indiqué que d'autres corps pourraient être retrouvés sous les tentes ensevelies sous la neige.L'alpiniste norvégien Teodor Glomnes Johansen a confié au quotidien norvégien «VG» qu'il avait retrouvé de nombreux blessés. «Nous transportons plusieurs blessés. C'est très lourd et difficile et nous ne savons pas s'il y aura d'autres avalanches», a-t-il expliqué. Une alpiniste suédoise était dans un autobus de la ville de Melamchi lorsque la terre a commencé à trembler. «Toutes les maisons autour de moi se sont effondrées. Je crois que plusieurs personnes sont mortes. Une immense roche s'est écrasée à environ 20 mètres de l'autobus», a raconté Jenny Adhikari au quotidien suédois «Aftonbladet».Il y a un an, une avalanche dans cette même zone de la montagne — réputée pour être dangereuse — avait causé la mort de 16 sherpas.Le tremblement de terre de samedi «n'est assurément pas une surprise», selon Marin Clark, une géophysicienne de l'Université du Michigan à Ann Arbor. Les plaques tectoniques de cette région bougent, l'une d'entre elles s'enfonçant sous l'autre de 45 millimètres chaque année, ce qui cause les secousses sismiques.Le pire tremblement de terre enregistré au Népal remonte à 1934. La secousse de magnitude 8,0 avait détruit les villes de Katmandou, Bhaktapur et Patan. Dans un communiqué, la directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova, s'est dite «prête à accompagner le Népal dans ses efforts de reconstruction» après le séisme, notamment celle «des monuments et des bâtiments historiques du site de la vallée de Katmandou, inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO», qui ont subi des dommages importants.