NOUVELLES
26/04/2015 13:52 EDT | Actualisé 26/06/2015 01:12 EDT

Syrie: les deux otages suédois réunis avec leurs familles en Suède

Les deux Suédois retenus par des jihadistes en Syrie et libérés avec l'aide des autorités palestiniennes et jordaniennes, ont pu rejoindre leurs familles en Suède, ont rapporté dimanche les médias suédois.

Selon les médias, il s'agit de Thomas Olsson, 50 ans, et de Martin Reen, 33 ans.

"Nous nous portons bien dans les circonstances présentes et nous voulons remercier tous ceux qui ont été engagés dans notre libération. Nous voulons maintenant rester avec nos familles et rencontrer nos enfants", a déclaré M. Olsson à l'agence TT, en précisant que les deux hommes avaient besoin de paix et de tranquillité et ne répondraient pas aux questions sur leur épreuve.

La ministre des Affaires étrangères, Margot Wallstroem, a remercié les autorités palestiniennes et jordaniennes pour avoir aidé à sécuriser leur libération: "Un remerciement spécial à la Palestine et personnel au président (palestinien Mahmoud) Abbas qui s'est engagé de façon décisive, ainsi qu'aux autorités jordaniennes".

Un haut responsable du renseignement palestinien a révélé à Ramallah, le siège de l'Autorité palestinienne en Cisjordanie occupée, les détails de l'opération qui a mené à la libération des deux hommes "enlevés le 13 décembre 2013". Depuis cette date, a affirmé ce responsable sous le couvert de l'anonymat, "personne ne savait s'ils étaient morts ou vivants".

L'opération, a-t-il encore assuré, a été lancé après la visite de M. Abbas en février à Stockholm qui venait tout juste de reconnaître l'Etat de Palestine, un geste inédit parmi les grands pays d'Europe de l'Ouest.

Le renseignement palestinien a alors "pu établir un contact direct avec le groupe armé qui les retenait et obtenir une preuve de vie" --des photos et des vidéos-- début avril, a poursuivi le responsable.

L'opération pour les libérer a ensuite été lancée "le 23 avril au soir, en coordination complète avec les renseignements jordaniens". Des troupes spéciales palestiniennes sont alors entrées en territoire syrien depuis la Jordanie, s'enfonçant sur "500 mètres et jusqu'à un kilomètre" sur le territoire de ce pays en guerre depuis quatre ans et où les jihadistes multiplient les exactions. Les opérations étaient suivies par deux cellules de crise, l'une à Stockholm et l'autre à Ramallah, sous la direction de M. Abbas.

Sans donner plus de détails, le responsable a ensuite expliqué qu'"un Palestinien" était parvenu à convaincre les ravisseurs --le Front Al-Nosra, branche syrienne d'Al-Qaïda, selon l'ambassadrice de Palestine en Suède Mme Hala Husni Fariz-- de relâcher leurs otages qui ont ensuite été déposés vendredi à un point de rendez-vous convenu.

Un porte-parole du ministère suédois s'est refusé à toute précision sur l'affaire, précisant toutefois "qu'aucune rançon n'avait été versée". Les Palestiniens ont également démenti que de l'argent ait été versé.

Une fois libérés, les deux hommes --des humanitaires entrés en Syrie pour mener des actions au nom d'une association chrétienne, selon le responsable palestinien-- ont été conduits à l'ambassade de Suède à Amman et ont ensuite rejoint leur pays samedi.

ts-na/sbh/mib/vl