NOUVELLES
26/04/2015 06:21 EDT | Actualisé 26/06/2015 01:12 EDT

Séisme dévastateur au Népal: défis logistiques pour l'aide internationale

Les organisations humanitaires internationales et les différents gouvernements s'affairaient dimanche pour fournir leur assistance au Népal dévasté par un séisme destructeur, mais leurs efforts étaient entravés par la rupture des communications et d'important dégâts matériels.

Alors que le nombre des victimes dépassait les 2.200 morts au Népal et dans les pays voisins, les Etats-Unis, comme de nombreux pays européens et asiatiques, ont dépêché sur place des équipes d'urgence.

Ce bilan provisoire du tremblement de terre - le plus meurtrier depuis 80 ans dans ce pays himalayen - pourrait encore s'alourdir.

Il est urgent de prêter main forte à ceux qui tentent de dégager des survivants des décombres, à Katmandou, la capitale dévastée, comme dans les régions rurales coupées du monde par des routes impraticables et des réseaux téléphoniques en panne.

"Nous savons que de nombreuses régions, à la fois rurales et urbaines, ont subi des glissements de terrain, des routes sont coupées", a dit Mike Bruce, de l'ONG Plan international aid.

Les réseaux téléphoniques restaient fragiles.

"Les gens dorment dans la rue et font la cuisine dehors dans la plupart des cas. Il s'agit de régions très très pauvres du Népal, des endroits qui souffraient déjà beaucoup", a ajouté Mike Bruce.

Les ONG craignent que les stocks de vivres ne fondent rapidement et évoquent les scènes de désastre provoquées par le séisme de magnitude 7,8.

"Nous avons vu des scènes terribles de destruction, des hôpitaux qui ont été évacués et des patients soignés dehors à même le sol, des maisons et des immeubles démolis, des routes avec des crevasses béantes", a raconté Eleanor Trinchera, coordinatrice pour Caritas Australia.

- Des millions d'euros d'aide -

L'électricité fait défaut et l'eau potable est rare, tout comme le sont les réserves médicales, disent les associations d'aide internationale. D'après Oxfam, les morgues sont en passe d'atteindre les limites de leur capacité.

"Les hôpitaux sont bondés, ils n'ont plus de place pour les corps", a expliqué Helen Szoke, responsable pour l'Australie d'Oxfam.

Les survivants ont passé la nuit dehors, malgré le froid, de peur d'être écrasés dans les bâtiments ébranlés par la principale secousse et ses répliques.

Des centaines de structures, dont des immeubles entiers de bureaux, se sont écroulés. La tour historique de Dharhara, l'une des attractions touristiques majeures de la capitale, s'est écroulée.

Des neuf étages de cette tour blanche surmontée d'un minaret de bronze, datant du XIXe siècle, ne restaient que des ruines.

Parallèlement, la neige a nui dans un premier temps aux efforts des secouristes pour venir aider les alpinistes ayant survécu à la puissante avalanche déclenchée par le séisme sur le mont Everest. Dix-huit personnes ont trouvé la mort sur le sommet himalayen mais les hélicoptères ont pu atterrir dimanche sur le camp de base.

Les Etats-Unis ont annoncé l'envoi d'équipes de secours et le déblocage d'une première enveloppe d'un million de dollars.

L'Inde voisine, où 57 personnes ont été tuées par le tremblement de terre, a envoyé deux avions de transport militaires.

Dans toute la région - Sri Lanka, Pakistan, Japon, Corée du Sud - ainsi qu'en Nouvelle-Zélande et en Australie, les autorités ont proposé leur aide.

La Chine a annoncé l'envoi de 62 secouristes aidés de chiens, selon l'agence officielle Chine Nouvelle. La presse officielle chinoise a rapporté que 17 personnes avaient été tuées par le séisme au Tibet.

La Russie devaient envoyer dimanche deux avions transportant une centaine de spécialistes des sistuations d'urgence, mais aussi des équipements dont des hélicoptères et des drones.

Le gouvernement de Singapour a mentionné l'envoi d'une équipe de 55 secouristes.

L'Australie, elle, a débloqué 5 millions d'AUD d'assistance (3,5 millions d'euros) tandis que la Nouvelle-Zélande a offert un million de NZ$ (700.000 euros) et la Corée du Sud 900.000 euros.

L'Union européenne a indiqué que ses experts étaient en train de se rendre dans les zones touchées.

Paris, Berlin, Londres et Madrid ont aussi promis leur aide, la Norvège annonçant pour sa part le déblocage de 3,5 millions d'euros.

Le Premier ministre britannique David Cameron a évoqué une "nouvelle choquante". Londres, qui a envoyé sur place une équipe d'humanitaires, "fera tout ce qui est en son pouvoir pour aider ceux qui sont pris au piège".

Israël a annoncé l'envoi d'une délégation, dont des médecins et des personnels de santé.

L'association Christian Aid a lancé un appel aux donations.

"Il est clair qu'il y a des besoins urgents en abris provisoires, nourriture, eau potable, vêtements chauds, couvertures et kits d'hygiène", a-t-elle expliqué dans un communiqué.

burs-jom/ev/ros