NOUVELLES
26/04/2015 15:44 EDT | Actualisé 26/06/2015 01:12 EDT

Le Soudan accuse le Soudan du Sud de soutenir les rebelles du Darfour

L'armée soudanaise a accusé dimanche Juba de soutenir des rebelles au Darfour (ouest), après des combats avec des insurgés dans un secteur proche de la frontière avec le Soudan du Sud.

L'armée a indiqué que le Mouvement pour la justice et l'égalité (JEM), l'un des nombreux groupes combattant le régime de Khartoum depuis 2003, avait utilisé la région de Bahr al-Ghazal, dans le Soudan du Sud, comme base pour entrer dimanche au Darfour, où des combats ont eu lieu.

"Le gouvernement du Soudan du Sud continue d'abriter et de soutenir les terroristes", a affirmé le porte-parole de l'armée, le colonel Al-Sawarmy Khaled Saad dans un communiqué.

"Nous avons soulevé la question avec le gouvernement du Soudan du Sud, mettant en garde contre la gravité de ces violations", a-t-il indiqué.

Chaque camp a affirmé avoir fait subir de lourdes pertes à l'autre lors des combats dans le secteur de Toullous, au sud-ouest de Nyala, la capitale de l'Etat du Darfour-Sud.

Le colonel Saad a indiqué que l'armée, aux côtés des Forces de soutien rapides --un groupe paramilitaire controversé--, avait tendu des embuscades le long des routes pour entrer au Darfour-Sud, capturant 100 véhicules du JEM et tuant de nombreux de ses combattants.

Le porte-parole du JEM, Jibril Bilal, a indiqué de son côté qu'il y avait eu "une bataille décisive avec les forces gouvernementales" mais que la version du gouvernement était "complètement fausse".

Il a indiqué par téléphone à l'AFP que les rebelles s'étaient emparés d'un camp militaire gouvernemental et avaient capturés des "centaines" de soldats.

Le conflit au Darfour a fait plus de 300.000 morts et 2,5 millions de personnes ont fui les violences selon l'ONU depuis 2003.

Le président Omar el-Béchir est visé par deux mandats d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes de guerre et contre l'humanité (2009) et génocide (2010) dans cette région grande comme la France.

Khartoum a déjà accusé le Soudan du Sud de soutenir les rebelles dans les Etats du Nil-Bleu et du Kordofan-Sud (sud).

Le Soudan du Sud est devenu indépendant du Nord en 2011 et à peu près au même moment, la branche Nord du Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM-N) a lancé une campagne contre les forces gouvernementales dans ces deux Etats.

Le Soudan du Sud a de son côté accusé son voisin du nord de soutenir les rebelles agissant sur son territoire.

tl/srm/vl/faa