NOUVELLES
26/04/2015 04:38 EDT | Actualisé 26/06/2015 01:12 EDT

L'ASEAN et l'UE veulent reprendre les pourparlers sur un accord de libre-échange

L'Association des Nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN) et l'Union européenne se sont accordées dimanche pour prendre des initiatives en vue de relancer les pourparlers sur un accord de libre-échange entre les deux régions.

Les négociations lancées en 2007 entre les dix pays membres de l'ASEAN et l'UE avaient été interrompues deux ans plus tard par l'organisation asiatique du fait de désaccords dus principalement aux préoccupations européennes concernant la participation de la Birmanie, en raison de la situation des droits de l'Homme dans ce pays.

"De hauts responsables de l'ASEAN et de l'UE vont se rencontrer d'ici à la fin de l'année pour faire le point et explorer les voies à suivre, puis faire un rapport aux ministres", ont indiqué les deux organisations dans un communiqué commun.

Cette déclaration a été publiée en Malaisie à l'issue de pourparlers entre des délégations en marge de la réunion diplomatique annuelle de l'ASEAN.

"L'UE est déterminée à obtenir un accord de libre-échange de région à région", a déclaré la commissaire européenne au Commerce Cecilia Malmström, à l'issue des discussions.

"Mais il est important de prendre les bonnes décisions, c'est pourquoi nous avons proposé cette feuille de route concernant des accords potentiels de libre-échange, pour faire le point d'ici à la fin de l'année", a-t-elle ajouté.

L'UE est déjà en pourparlers séparés avec trois pays membres de l'ASEAN -- Malaisie, Thaïlande et Vietnam -- sur des accords potentiels de libre-échange.

Les Européens ont conclu en décembre 2012 un accord avec Singapour, aussi dans l'ASEAN.

Les autres pays membres sont l'Indonésie, les Philippines, le Laos, le Cambodge, la Birmanie, et le sultanat de Brunei.

L'UE est le deuxième partenaire commercial de l'ASEAN, avec un volume d'échanges de 248 milliards de dollars l'an passé, et elle a été en 2014 la première source d'investissements directs de l'organisation asiatique avec 29,1 milliards de dollars, selon le communiqué.

La Birmanie, isolée pendant des décennies en raison d'un régime militaire qui s'était emparé du pouvoir en 1962, s'est ouverte depuis la dissolution de la junte en 2011.

jsm/dma/bfi/ih