NOUVELLES
26/04/2015 00:10 EDT | Actualisé 25/06/2015 01:12 EDT

L'ancien d.g. des Expos Jim Fanning est décédé à l'âge de 87 ans

Les Expos de Montréal ont perdu un de leurs pionniers, samedi, alors que Jim Fanning, premier directeur général de l'histoire de l'équipe, est décédé. Il était âgé de 87 ans.Les Blue Jays de Toronto, pour qui il travaillait toujours en tant qu'ambassadeur, ont confirmé la nouvelle, samedi après-midi.«Je transmets mes plus sincères condoléances à la famille Fanning après avoir appris le décès de Jim aujourd'hui, a déclaré Paul Beeston, président et chef de la direction des Blue Jays dans un communiqué de presse. Il a été un ami de longue date et on ne peut en dire assez sur sa contribution au baseball, particulièrement au Canada.«Jim a touché la vie de beaucoup de gens et laissera de merveilleux souvenirs à de nombreuses personnes à l'intérieur et à l'extérieur des cercles du baseball.»Surnommé «Gentleman Jim», Fanning a été directeur général des Expos de 1968 à 1976. Il a occupé différentes fonctions au cours de son séjour de 25 ans au sein de l'organisation, dont vice-président, directeur du recrutement amateur et gérant, poste qu'il a occupé lors des saisons 1981, 1982 et 1984.C'est lui qui est allé chercher le releveur québécois Claude Raymond des Braves d'Atlanta le 19 août 1969.Une arrivée surpriseSous ses ordres, les Expos ont affiché un dossier de 116-103, et c'est Fanning qui a guidé les Expos vers leur seule participation aux séries éliminatoires en 1981.Dans un geste surprise, après un match joué le 7 septembre à Philadelphie que les Expos avaient gagné 5-4, le directeur général John McHale a congédié le réputé gérant Dick Williams, en poste depuis 1977, et l'a remplacé par Fanning, qui n'avait jamais dirigé une équipe dans les Ligues majeures auparavant.Après trois défaites consécutives en amorce du règne de Fanning, les Expos ont gagné 16 des 24 rencontres suivantes, dont 11 en 14 entre le 20 septembre et 3 octobre, et ils ont terminé au premier rang du classement de la deuxième moitié de la saison avec un dossier de 30-23, un demi-match devant les Cardinals de St. Louis.La saison 1981 avait été marquée par un conflit de travail, du 12 juin au 9 août, qui avait forcé les dirigeants du baseball majeur à créer des classements distincts pour les deux moitiés de saison. Couronnés champions de la première moitié, les Phillies de Philadelphie ont affronté les Expos dans une série 3 de 5 que la formation montréalaise a gagnée à la limite. Steve Rogers avait eu le meilleur sur Steve Carlton lors de la rencontre ultime, 3-0 à Philadelphie.En série de championnat de la Ligue nationale, face aux Dodgers de Los Angeles, les Expos menaient 2-1 dans la série et n'étaient qu'à une victoire d'une première participation à la Série mondiale. Mais lors du cinquième match, au Stade olympique, Rick Monday a brisé une égalité de 1-1 avec un circuit en solo contre Rogers, que Fanning avait dépêché en relève en neuvième manche, détruisant le rêve des Expos et de leurs partisans.Après un séjour à titre d'analyste, Fanning a quitté les Expos en 1993, travaillant ensuite avec les Rockies du Colorado, puis les Blue Jays. Il a été intronisé au Temple de la renommée du baseball canadien en 2000.«Nous avons perdu une légende du baseball et l'une des personnes les plus gentilles que vous ne pourriez jamais rencontrer», a déclaré le directeur du Temps de la renommée canadien, Scott Crawford, dans un courriel.Fanning a passé plus de 60 ans dans le baseball professionnel.Évoluant au poste de receveur, il a participé à 64 matchs dans les Ligues majeures entre 1954 et 1957 avec les Cubs de Chicago avant de devenir gérant dans le baseball mineur. McHale l'a ensuite engagé comme recruteur avec les Braves de Milwaukee en 1963, avant d'être promu l'année suivante comme adjoint au directeur général, poste qu'il occupera jusqu'en 1967.Il est ensuite devenu le premier recruteur au sein de la centrale de recrutement du Baseball majeur en 1968, avant de finalement tenter l'aventure avec les Expos.Né le 14 septembre 1927 à Chicago, il avait obtenu la citoyenneté canadienne en février 2012.Il laisse dans le deuil son épouse, Maria, et ses enfants, Cynthia et Frank.