NOUVELLES
26/04/2015 00:15 EDT | Actualisé 25/06/2015 01:12 EDT

Habiller d'or la pagode Shwedagon en Birmanie, une nouveauté pour les fidèles bouddhistes

Pouvoir apposer soi-même une plaque d'or sur la pagode la plus vénérée de Birmanie, en pleine rénovation: c'est le luxe proposé pour la première fois cette année aux fidèles de ce pays bouddhiste en plein développement économique, où les dons aux temples sont au zénith.

Phone Myint Thwin, un commerçant birman de 40 ans, est tout sourire quand il descend de l'échafaudage de bois construit tout autour du stupa de la pagode Shwedagon, le grand dôme central surmonté d'une flèche.

En rang d'oignons avec quelques autres fidèles, il a pu visser lui-même sur la façade la plaque en or en l'honneur de ses ancêtres.

Pendant les travaux, seule la partie supérieure de l'édifice est visible, brillant de mille feux au soleil en raison des milliers de plaques d'or qui la recouvrent.

"Cet appel aux dons tombe à un moment-clé dans ma vie. Je fais un don pour faire une bonne action", explique Phone Myint Thwin, qui entend ainsi honorer ses grands-parents.

Tous les cinq ans, la plus célèbre pagode de Birmanie est rénovée afin de changer les plaques d'or érodées par les intempéries.

Le chantier coïncide cette année avec une croissance économique encore inégalement répartie mais bien réelle en Birmanie, une partie de la population ayant profité de l'ouverture du pays depuis l'autodissolution de la junte militaire en 2011.

La Birmanie est classée comme le pays le plus "généreux" au monde, selon le dernier World Giving Index, publié en 2014, en ce qui concerne le don d'argent à des organisations caritatives. Une première place due à l'importance des dons aux temples bouddhistes, souligne l'étude.

Au coeur des motivations des fidèles bouddhistes, qu'ils fassent un don modeste ou aient les moyens de s'offrir une plaque d'or de 600.0000 kyats (600 dollars): l'amélioration de leur karma et de leur chance, dans cette vie mais aussi dans la prochaine, les bouddhistes croyant à la réincarnation.

- Plus de dons cette année -

Si en 2010 les autorités avaient réussi à collecter assez pour la pose des 9.000 plaques d'or nécessaires à la rénovation, cette année plus de 16.000 plaques ont d'ores et déjà été données.

"Les gens sont ravis car ils peuvent voir leur effet sur la pagode. Et ils ont été plus nombreux à donner car cette fois-ci ils peuvent remettre leur plaque en personne", explique Tun Aung Wai, représentant de l'administration gérant Shwedagon, dont la rénovation doit s'achever en mai.

Située en plein centre de Rangoun, cette pagode est au coeur du bouddhisme, religion ultra-majoritaire en Birmanie, où les moines jouent un rôle de premier plan dans la société et au niveau politique.

Outre son importance religieuse, la pagode Shwedagon est un lieu chargé d'Histoire: c'est là que le prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi a tenu son premier discours politique majeur contre la junte en 1988.

La pagode a aussi été au coeur des manifestations de moines lors de la révolution safran de 2007, violemment réprimée.

Aujourd'hui, le calme règne. Les fidèles bouddhistes, pieds nus et fleurs à la main, sont nombreux à venir faire leurs dévotions dès l'aube.

Selon la légende, le site qui contiendrait plusieurs reliques saintes a été créé il y a plus de 2.000 ans.

L'or y est omniprésent. Ce métal précieux tient une place importante en Birmanie. La ville de Mandalay, dans le centre du pays, est le berceau de l'artisanat de feuilles et plaques d'or. Positivement connoté, le mot or ("shwe" en birman) est souvent accolé aux noms d'entreprises - des fabricants de ciment aux restaurants - ou donné comme prénom de fille.

Le lieu fascine les visiteurs. L'écrivain Rudyard Kipling décrivit la pagode en 1889 comme un "mystère doré", après une visite dans ce qui était alors encore une colonie britannique.

Depuis l'ouverture au monde extérieur en 2011 de l'ex-Etat paria, resté isolé pendant plusieurs décennies à l'époque de la junte, ce lieu de culte est devenu une étape incontournable pour les touristes étrangers, de plus en plus nombreux en Birmanie. En mai, ils devraient pouvoir admirer dans son intégralité la pagode rénovée aux mille reflets dorés.

bur-klm-dth/tib/ak