POLITIQUE
25/04/2015 07:58 EDT | Actualisé 25/06/2015 05:12 EDT

Il y a 75 ans, le 25 avril 1940, les Québécoises obtenaient le droit de vote

files/The Canadian Press
Therese Casgrain, president of the League for Women's Rights in Quebec from 1929 to 1942, is pictured during an election campaign in a 1967 photo. Casgrain, a feminist icon and Quebec heroine who died in 1981, has been quietly removed from a national honour, to be replaced by a volunteer award bearing the prime minister's banner. THE CANADIAN PRESS/files

MONTRÉAL - Il y a 75 ans, le 25 avril 1940, les femmes obtenaient le droit de vote au Québec.

C’est après une longue lutte des «suffragettes», avec en tête Thérèse Casgrain et Marie Gérin-Lajoie, que le gouvernement libéral du premier ministre Adélard Godbout reconnaisait officiellement ce droit. La loi était sanctionnée.

La Directrice générale des élections du Québec, Lucie Fiset, affirme qu’il faut se souvenir avec fierté de ce combat des femmes québécoises, et se réjouir du chemin parcouru durant les 75 dernières années. Mme Fiset souligne que les femmes d'aujourd'hui sont celles qui votent le plus lors d'élections générales au Québec.

La ministre de la Culture, Hélène David, rappelle que son grand-père Athanase David, secrétaire de la province en 1922, avait apporté son appui à Marie Gérin-Lajoie, un des rares hommes à le faire.

Elle signale que, malgré les progrès constatés depuis, il y a encore «beaucoup de chemin à faire» pour convaincre les femmes de s’engager en politique.

Le chef de l'opposition péquiste, Stéphane Bédard, affirme que cette croisade a représenté une «grande victoire collective» pour les Québécois. Selon lui, les pionnières comme Thérèse Casgrain, Idola Saint-Jean et Marie Gérin-Lajoie, entre autres, ont fait preuve de beaucoup d'audace, et d'une formidable détermination, pour faire avancer le Québec.

M. Bédard souligne qu’il aura toutefois fallu attendre jusqu'en 1961 pour qu'une première femme, Marie-Claire Kirkland-Casgrain, fasse son entrée à l'Assemblée nationale.

La députée de Québec solidaire, Manon Massé, dit qu’il ne faut surtout pas oublier cette lutte menée par les femmes, dans un contexte ou la classe politique masculine de l’époque dénigrait leur combat et s’opposait en majorité au droit de vote pour les femmes.

Selon Mme Massé, les suffragettes ne seraient pas très fières aujourd’hui de voir que «l’égalité n’est pas encore là, dans les faits, entre les femmes et les hommes», et qu’il reste beaucoup de travail à accomplir dans plusieurs domaines.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo 8 facettes de la vie des femmes dans le monde Voyez les images