POLITIQUE
25/04/2015 04:51 EDT | Actualisé 25/04/2015 04:51 EDT

Alexandre Cloutier et PQ: « Je prendrais un mois de plus, il me reste 3 semaines »

PC/Paul Chiasson

Le candidat à la course à la direction du Parti québécois Alexandre Cloutier craint de manquer de temps pour combler l'écart qui le sépare de Pierre Karl Péladeau. Mais il entend redoubler d'effort durant les trois dernières semaines avant le vote.

Un texte de Mylène Crête

« On accélère et on compresse tout pour y arriver », affirme-t-il dans une entrevue aux Coulisses du pouvoir. Il compte multiplier les rencontres avec les militants un peu partout dans la province et faire de nouvelles propositions pour le Québec.

Le temps presse pour le candidat de 37 ans, le plus jeune de la course, qui veut convaincre un nombre suffisant de militants de voter pour lui. Le premier tour de scrutin est prévu du 13 au 15 mai. Un candidat pourra l'emporter dès le premier tour s'il obtient 50 % des votes plus un.

« Il reste deux débats importants, souligne M. Cloutier. Je suis clairement en croissance depuis le début de cette campagne. [En politique] les tendances à la hausse, c'est dur à arrêter. La vraie question est : est-ce que je vais avoir assez de temps pour me rendre à la victoire. Je mise sur cette possibilité et je travaille très fort pour gagner. »

Bernard Drainville, l'un de ses principaux adversaires, a causé toute une surprise mercredi en se retirant de la course pour se rallier à Pierre Karl Péladeau qui bénéficie d'appuis importants. Trois mois plus tôt, le député Jean-François Lisée avait aussi choisi de se désister pour des raisons similaires. Il reste ainsi quatre candidats dans la course : Pierre Karl Péladeau, Alexandre Cloutier, Martine Ouellet et Pierre Céré.

Pour démontrer qu'il avait l'intention de se rendre jusqu'au bout, Alexandre Cloutier est allé porter un chèque de 10 000 $ aux instances du PQ vendredi pour remplir la dernière condition imposée aux candidats avant le vote.

Vers une alliance Cloutier-Ouellet ?

Alexandre Cloutier n'exclut pas une alliance avec Martine Ouellet pour lui permettre d'obtenir davantage d'appuis. « Évidemment, je souhaite travailler avec tous et chacun, dit-il. Tout le monde qui a envie de se joindre à moi est le bienvenu. »

Il entend toutefois suivre le plan qu'il s'était donné lorsqu'il avait soumis sa candidature en octobre dernier. « Je n'ai pas construit ma course en me disant que Bernard allait se retirer ou que Martine allait se rallier, explique-t-il. J'ai un plan de match que je suis depuis le début. J'essaie d'être positif, j'essaie d'être rassembleur. Je ne suis pas passé à l'attaque. J'essaie toujours de tirer vers le haut notre formation politique avec des idées très concrètes. »

Un million de signatures

Alexandre Cloutier propose de recueillir un million de signatures en faveur de la souveraineté dans un registre qui serait tenu par le Directeur général des élections avant la tenue d'un référendum. Il veut ainsi créer un élan citoyen qui mènerait à l'indépendance du Québec. Ne craint-il pas que le camp adverse fasse la même chose ?

« Il n'y aura qu'un seul registre officiel dans lequel il y aura des conditions à respecter, dont celui d'être un électeur inscrit, soutient-il. Parallèlement à ça, les gens qui seront en désaccord s'exprimeront de la façon dont ils le souhaiteront, mais il n'y aura qu'un seul registre officiel. »

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Quelques propositions d'Alexandre Cloutier Voyez les images