POLITIQUE
23/04/2015 06:21 EDT | Actualisé 24/04/2015 02:23 EDT

Le sénateur Pierre Claude Nolin est décédé (VIDÉO)

Le sénateur conservateur et président du Sénat, Pierre Claude Nolin, qui souffrait d'un cancer, est décédé à l'âge de 64 ans. Il avait été nommé à la présidence du Sénat en novembre dernier, après avoir siégé pendant une vingtaine d'années comme sénateur.

Plusieurs le surnommaient PC Nolin, PC pour Pierre Claude, mais aussi pour progressiste conservateur. M. Nolin a commencé tout jeune à militer en politique. À 16 ans, il était déjà chauffeur pour l'Union nationale au Québec. Faire rouler la machine conservatrice était devenu sa spécialité.

Avocat de formation, Pierre Claude Nolin était l'un des principaux organisateurs de Brian Mulroney lors des campagnes électorales de 1984 et de 1988, qui auront porté le premier ministre conservateur au pouvoir. L'ancien premier ministre du Québec, Jean Charest, se souvient de M. Nolin à cette époque. « Il était organisateur pour Brian Mulroney pendant la course au leadership de 1983 alors que moi je travaillais pour Joe Clark, confie-t-il. « Nous étions plutôt adversaires dans nos primes années, mais nous sommes devenus de bons amis. »

M. Charest rappelle que M. Nolin a ensuite travaillé comme organisateur de sa campagne lors de la course au leadership de 1993, au Québec, et lors de l'élection fédérale de 1997.

« C'était un homme physiquement imposant », se souvient l'ancien premier ministre du Québec. « Un homme très affable, très accessible, mais physiquement imposant. Un adversaire qui pouvait être féroce, mais qui avait beaucoup maîtrisé la vie politique et qui était toujours très ouvert envers ses adversaires. Ce n'était pas quelqu'un qui vivait les servitudes de la partisanerie. Il était apprécié par beaucoup de gens. »

Jeune sénateur conservateur

Brian Mulroney l'a nommé au Sénat dans les tout derniers jours de son mandat, en 1993. À 42 ans, Pierre CLaude Nolin était alors le plus jeune sénateur de la chambre haute. « Je l'ai choisi comme ma dernière nomination à titre de premier ministre. Il avait ce que François Mitterand appelait "la notion de l'État". »

« Je savais qu'il allait défendre les intérêts du Québec comme la prunelle de ses yeux. »

— Brian Mulroney

« C'était quelqu'un qui aimait beaucoup la politique », ajoute M. Charest. « Ce n'était pas un politicien qui était dans les normes non plus. Il avait le courage d'aborder des sujets que d'autres ne voulaient pas aborder comme la légalisation de la marijuana par exemple. »

Lui qui incarnait l'exemple parfait de nomination partisane est ironiquement devenu l'un des plus grands défenseurs de l'indépendance des sénateurs. « J'ai toujours dit à mes collègues : J'ai rien contre la partisanerie; là où j'ai un gros problème, c'est lorsqu'elle nous rend aveugles. »

Plusieurs se souviennent du comité sur les drogues illicites qu'il a présidé, et qui recommandait la légalisation de la marijuana.

Respecté de ses collègues, Pierre Claude Nolin a accédé à la présidence du Sénat au moment où la chambre haute était encore secouée par l'une des plus importantes crises de son histoire, celle des réclamations de dépense. « La meilleure façon de redorer l'image des sénateurs, disait-il alors, c'est de remplir le rôle qui nous a été confié il y a 150 ans ».

M. Charest souligne la croisade de M. Nolin pour réformer le Sénat canadien. Il estime que les gens connaissent mal le rôle du Sénat et que l'on retient davantage les tentatives de réformes de l'institution. « On passe à côté du travail qui est déjà fait et qui a beaucoup de valeur », commente-t-il.

« L'autre truc qui arrive, évidemment, c'est le débat de M. Duffy », poursuit M. Charest. « Tout ça est une distraction sur des histoires de compte de dépenses qui nous amène à avoir une perception du Sénat une vision qui est très réductrice. Pierre Claude voulait que l'institution soit mieux connue pour le travail qu'il fait et pour la valeur des gens qui y sont. »

L'ancien collègue de M. Nolin Jean-Pierre Rivest a également souligné l'engagement du président du Sénat pour la réforme de l'institution. « Le fait qu'il ait accédé à la présidence, je me disais : "J'espère qu'il va avoir le temps de vraiment faire du Sénat une institution crédible et indépendante". Malheureusement, il a été pris de court. »

C'était devenu son combat, alors qu'il devait se battre en même temps contre le cancer.

Malgré la stature de l'homme, son travail pour faire du Sénat une véritable chambre de réflexion approfondie reste inachevé. Mais il aura su tracer une voie.

Repères biographies :

  • Pierre Claude Nolin est né à Montréal le 30 octobre 1950.
  • Il obtient une licence en droit de l'Université d'Ottawa en 1976 et devient avocat membre du Barreau du Québec en 1977.
  • Il joue différents rôles dans l'organisation politique du Parti progressiste-conservateur du Canada et du Parti conservateur du Canada de 1983 à 2006, dont celui de conseiller pour le Québec du premier ministre Brian Mulroney de 1986 à 1989.
  • Le 18 juin 1993, le premier ministre Brian Mulroney le nomme au Sénat pour représenter la division sénatoriale québécoise de Salaberry-de-Valleyfield.
  • Depuis, il fait partie de nombreux comités sénatoriaux, dont le comité sénatorial sur les drogues illicites, qu'il a présidé. Le rapport final de ce comité recommandait entre autres la légalisation de la marijuana.
  • En 1994, il joint les rangs de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN. Il en a été le trésorier de 2007 à 2014.