DIVERTISSEMENT
24/04/2015 12:19 EDT | Actualisé 26/04/2015 10:08 EDT

Gala Artis 2015: un soupçon de nostalgie

PC

Le Gala Artis a beau célébrer son 30e anniversaire dimanche, son animateur, Charles Lafortune, promet que la soirée ne baignera pas dans la nostalgie. On aura certes droit à quelques clins d’œil rappelant les instants marquants des trois dernières décennies de la grande fête de notre télévision, où le public récompenses ses chouchous, mais ceux-ci ne viendront que par soupçons, et non par vagues déferlantes.

«Ce sera un gala assez moderne, glamour, qui ne sera pas tourné vers le passé, explique celui qui a piloté les Galas Artis de 2011 et de 2012. On ne voulait pas faire quelque chose de trop rétro. Il y aura des surprises, des montages, mais on n’aura pas, par exemple, à chaque départ et retour de pause, un extrait de 1998 ou de 1987, par exemple. On veut célébrer la télévision de cette année. On n’est pas à Prise 2, on est à TVA, et on célèbre toute la télévision.»

«Un gala, il faut que ça roule, que ça soit plaisant à regarder, qu’il n’y ait pas seulement les gens dans la salle qui aient du plaisir, mais les téléspectateurs aussi. C’est un gage de succès quand ça roule bien.»

Le timonier de La voix considère incontournable les numéros de variétés dans un événement comme le Gala Artis. Entouré des producteurs Jean Guimond, Éric Belley et Dominique Joly, du réalisateur Luc Sirois, du metteur en scène Guy Lévesque et du directeur musical Alex McMahon, il laisse présager que le «facteur wow» sera très élevé. Déjà, on sait que Kevin Bazinet, grand gagnant de la récente édition de La voix, offrira une prestation, et que le duo de créateurs d’effets spéciaux Les Satiriques s’est chargé, pour une troisième année, de la conception du segment d’ouverture. Au total, Charles Lafortune espère faire tenir la remise de prix en 2h30 et indique que le ton sera plus gentil qu’irrévérencieux.

Nouveaux venus

Dans la grande salle Wilfrid-Pelletier, où Charles Lafortune a mené un Gala Juste pour rire l’été dernier, environ 2000 personnes du public côtoieront leurs vedettes préférées, et un chanceux (ou une chanceuse) aura l’occasion d’aller remettre un trophée, à l’issue d’un concours dont on ne connaîtra le résultat que dimanche. Signe que le Gala Artis est dans l’air du temps, une entente a été conclue avec Twitter Canada, et deux outils seront à la disposition des artistes et des internautes, les applications Periscope et le Miroir Twitter, qui génèrent photos, vidéos, GIF animés et selfies, lesquelles permettront d’interagir en temps réel sur le réseau social.

Côté nominations, il faudra surveiller l’arrivée de nouveaux venus au tableau des finalistes. Gabriel Arcand (Au secours de Béatrice), Jean-François Baril (La guerre des clans), Julie Bélanger (Ça finit bien la semaine), Luc Guérin (Unité 9), Sarah-Jeanne Labrosse (L’appart du 5e, Le chalet), Stéphane Langdeau (L’Antichambre), Ève Landry (Unité 9) et Sugar Sammy (Ces gars-là) ont tous été remarqués et ont été citées lors du sondage effectué au téléphone pour dresser la liste des nommés dans chaque catégorie. Ce sont également les Québécois qui avaient le devoir de voter pour déterminer les vainqueurs.

On salue aussi les retours importants de Macha Grenon et Sophie Lorain, qui réintègrent en force le giron des privilégiés aspirants après plusieurs années d’absence aux Artis, pour leurs performances respectives dans Nouvelle adresse et Au secours de Béatrice. Les deux comédiennes s’affrontent dans la catégorie Rôle féminin – Téléromans québécois, mais la compétition ne devrait pas être trop vive entre elles, puisque Sophie Lorain a réalisé la première saison de Nouvelle adresse.

Le Gala Artis est présenté dimanche, le 26 avril, en direct de la Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts, à compter de 20h, à TVA. Il sera précédé de l’émission «Tapis rouge», à 19h, animée par Jean-Philippe Dion, Anouk Meunier et Valérie Chevalier, qui intervieweront tour à tour les têtes d’affiche de l’événement dans leurs plus beaux atours.

Puis, le lundi 27 avril, à 19h, jetez un œil à tout ce que la caméra n’a pas montré pendant la fête, en syntonisant 30e Gala Artis en coulisses, où Jean-Philippe Dion et Anouk Meunier seront aussi les hôtes.

Voyez notre autre texte, dans les pages du Huffington Post Québec, pour consulter la liste complète des finalistes et voir nos choix et prédictions. Et ne manquez pas, dimanche soir, notre couverture en direct du gala!

Quelques statistiques sur le Gala Artis

- Patrice L’Écuyer en est à a ses 47e et 48e nominations et a remporté 20 trophées

- Pierre Bruneau en est à 38e nomination et a remporté 16 trophées

- Guy A.Lepage en est à sa 28e nomination et a remporté 11 trophées

- Julie Snyder en est à sa 25e nomination et a remporté 6 trophées

- Guylaine Tremblay en est à sa 20e nomination et a remporté 15 trophées

- Marina Orsini en est à sa 21 nomination et a remporté 5 trophées

- Sophie Thibault en est à sa 21e nomination et a remporté 9 trophées

- Charles Lafortune en est à sa 19e nomination et a remporté 10 trophées

- Le Gala Artis s’appelait autrefois le Gala Métrostar. L’appellation a changé en 2006.

- Le Gala a été présenté quatre fois à l’Aréna Maurice-Richard, (de 1986 à 1988, et en 1990) deux fois au Studio G de TVA (en 1991 et 1992), une fois à l’Amphithéâtre Bell (en 1993), une fois au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts (en 1994), une fois au Théâtre St-Denis (en 1995), 15 fois au Monument-National (de 1996 à 2010) et quatre fois au Théâtre Denise-Pelletier (de 2011 à 2014).

- Le Gala a été diffusé à TQS (1986), à Radio-Canada (1987 et 1988) et à TVA (de 1989 à aujourd’hui).

- Ils ont tous animé le Gala : Marguerite Blais (1986, 1987, 1989, 1990) ; Gaston L’Heureux (1986) ; Jean-Pierre Coallier (1988, 1989, 1991) ; Guy Richer (1990, 1991) ; Chantale Roy (1990) ; Jacques Thisdale (1990) ; Marc-André Coallier (1991) ; Christine Lamer (1991) ; Louise Deschâtelets (1992) ; Guy Fournier (1992) ; Patrice L’Écuyer (1993) ; Rémy Girard (1994) ; Benoît Brière (1995) ; René Simard (1996, 1998, 1999) ; Ginette Reno (1997, 2000) ; Gilles Latulippe (2001) ; Julie Snyder (2002) ; Stéphane Rousseau (2003) ; Gregory Charles (2004) ; Éric Salvail (2005) ; François Morency (de 2006 à 2008) ; Les Grandes Gueules (2009 et 2010), Charles Lafortune (2011, 2012, 2015) et Mario Tessier (2013 et 2014).

- Le Gala, à ses touts débuts, se tenait en novembre. Puis, au fil du temps, il s’est déplacé en mai, puis en mars, et en avril.

Les réactions de quelques finalistes

Guy Jodoin – Animateur/Animatrice d’émissions de jeux – Le tricheur

«C’est toujours le fun de se faire dire : «On aime ce que vous faites». C’est sûr qu’il y a les cotes d’écoute, qui nous permettent de voir si ça se passe bien ou pas, mais une nomination, c’est une autre façon, pour les gens, de nous transmettre ce message. Après, gagner le trophée ou pas, c’est autre chose. Mais de me retrouver là avec quatre autres personnes, et pas n’importe qui, comme Julie Snyder, Patrice L’Écuyer, Jean-François Baril et Alexandre Barrette, c’est très agréable. Si je ne suis pas là l’an prochain, je vais pouvoir me dire : «Au moins, j’y ai goûté». J’ai eu la chance d’avoir quatre trophées et plusieurs nominations, je suis super content. De plus, le gala, c’est comme une fête, on se retrouve avec nos amis. On a rarement la chance d’avoir des partys d’artistes. C’est comme notre party de Noël! Et on partage ça avec le public et les journalistes.»

Sugar Sammy – Rôle masculin – Comédies québécoises – Ces gars-là

«J’ai été énormément surpris d’apprendre que j’étais en nomination. C’est mon premier projet en tant qu’acteur, et ça me touche beaucoup, parce que c’est le public qui vote. C’est le fun de savoir que le public aime ce qu’on fait, ça démontre que le public est fidèle. Je vais préparer un discours de remerciements… mais je soupçonne que je ne l’utiliserai pas (rires)»

Stéphane Bellavance – Artiste d’émissions jeunesse – Arrange-toi avec ça

«C’est ma septième nomination. Je trouve ça extraordinaire, c’est un prix du public, une tape dans le dos comme il s’en fait peu. Ça vient des jeunes, avec qui je travaille depuis près de 15 ans, maintenant, à la télévision. Certains commencent d’ailleurs à me dire : «Je t’écoutais quand j’étais jeune» (rires). Ils me suivent maintenant dans mes émissions «grand public». Le public jeunesse est extraordinaire et mérite tout notre respect.»

Sophie Lorain

Rôle féminin – Téléromans québécois – Au secours de Béatrice

Personnalité féminine de l’année

«L’accueil, pour Au secours de Béatrice, a été au-delà de nos espérances. Ça sortait tellement du champ gauche, on ne savait pas comment c’allait être perçu. Finalement, les gens adorent, ça apporte une autre signature. C’est la preuve qu’il y a de la place pour la différence.»

Sarah-Jeanne Labrosse – Artiste d’émissions jeunesse – L’appart du 5e et Le chalet

«C’est ma première fois! Je suis très honorée. Quand c’est notre première nomination, la production orchestre une mise en scène pour nous l’annoncer, et moi, ce sont mes frères qui me l’ont appris. J’étais très touchée. Je ne me souviens même pas si j’ai pleuré, tellement j’étais ébranlée! Je ne savais même pas, moi, dans la vie, que je pouvais être nommée dans une catégorie quelconque, que ça se pouvait, que le Gala Artis approchait… On ne pense pas à ces choses-là. On espère seulement que nos projets vont être aimés, que ça va faire rire…»

Martin Petit – Rôle masculin – Comédies québécoises – Les pêcheurs

«C’est ma deuxième nomination en deux ans. L’an dernier, j’étais plus stressé, énervé. Mais là, ça me donne l’occasion de rentabiliser mon habit, que j’avais pris sur 24 paiements… (rires) Je suis vraiment, vraiment content. Je ne suis pas insécure de nature, mais j’aurais été triste de ne pas être là, de voir quatre autres shows, sauf le mien. Donc, j’espère que ça ne m’arrivera jamais de ma vie, de ne pas être en nomination. Je me prépare déjà psychologiquement à pleurer, le jour où ça arrivera! (rires)»

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Les gagnants du gala Artis 2015 Voyez les images