NOUVELLES
23/04/2015 11:55 EDT | Actualisé 23/06/2015 01:12 EDT

Yémen: plus de 1.000 morts, l'ONU veut rapidement redéployer du personnel étranger

Plus de 1.000 personnes ont été tuées depuis le 19 mars au Yémen, a indiqué jeudi l'ONU qui espère redéployer "ces prochains jours" dans le pays du personnel étranger alors que les combats et raids se poursuivent.

"Les combats et les frappes aériennes de la coalition affectent pratiquement tout le pays", a déclaré le coordinateur humanitaire de l'ONU au Yémen, Johannes Van Der Klaauw, dans une déclaration écrite.

"Le prix à payer par les civils est immense", a-t-il ajouté.

Au total, 1.080 personnes ont été tuées, dont 48 enfants et 28 femmes, et 4.352 autres ont été blessées, selon un bilan de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) arrêté au 20 avril.

Dans un précédent bilan, arrêté au 17 avril, l'OMS avait fait état de 944 morts et 3.487 blessés, mais le bilan réel est plus élevé, car de nombreux corps ne sont pas envoyés dans les centres médicaux, selon l'agence onusienne qui ne fournit pas de détails sur les victimes civiles et militaires.

En outre, a souligné M. Van Der Klaauw, plus de 150.000 personnes ont été déplacées à l'intérieur du Yémen par les violences en cours, alors qu'il y avait déjà plus de 300.000 déplacés internes avant la crise actuelle.

La dégradation de la situation humanitaire est telle que l'OMS a lancé le 23 avril une mise en garde contre un effondrement imminent des systèmes de santé et de soins dans le pays.

Déjà, "les cas de diarrhée sanguine, de rougeole et les cas suspects de paludisme ont augmenté", a indiqué M. Van Der Klaauw.

En outre, environ 2 millions d'enfants ne sont plus scolarisés.

Le pays, qui importe habituellement près de 90% de ses denrées alimentaires, manque de tout: nourritures, eau, carburant, électricité...

Aussi, l'ONU, qui avait évacuer son personnel étranger au Yémen, prévoit de le redéployer sur place "ces prochains jours", a annoncé M. Van Der Klaauw.

Selon le décompte publié par l'OMS, les journées les plus meurtrières ont été celles du 20 mars, du 31 mars, du 15 avril et du 20 avril.

Le bilan par région montre que la zone de la capitale Sanaa (ouest) a été la plus meurtrière, avec 209 morts. En outre, 936 personnes y ont été blessées.

Par ailleurs, 191 personnes ont trouvé la mort dans la région d'Aden (sud), ainsi que 145 autres dans la région de Saada (nord).

La publication de ce bilan intervient alors que les frappes de la coalition se sont poursuivies jeudi, deux jours après l'annonce par Ryad de la fin de la campagne aérienne, déclenchée le 26 mars, contre les rebelles chiites au Yémen.

apo/nl/dac