NOUVELLES
23/04/2015 08:22 EDT | Actualisé 23/06/2015 01:12 EDT

Thaïlande: l'armée convoquée pour résoudre le problème de la pêche illicite

Le chef de la junte thaïlandaise s'est dit prêt à utiliser les pouvoirs spéciaux et controversés qu'il détient pour assainir l'industrie de la pêche de son pays, qui est sous la menace de sanctions de la part de l'Union européenne.

"Le gouvernement va rapidement résoudre les problèmes en invoquant l'article 44 pour autoriser l'armée à venir en aide aux fonctionnaires", a-t-il déclaré jeudi aux journalistes à son retour d'une visite de deux jours en Indonésie.

Cet article 44 de la Constitution provisoire, qui octroie des pouvoirs étendus à l'armée, qui dirige la Thaïlande depuis un coup d'Etat en mai 2014, est très controversé.

"Nous ne pouvons blâmer personne d'autre que nous-mêmes parce que nous avons négligé ce problème pendant une longue période sans le corriger", a ajouté Prayut.

Mardi, la Commission européenne a donné six mois à la Thaïlande pour lutter contre la pêche illégale alors que le pays, troisième exportateur mondial de produits de la mer, est mis en cause pour travail forcé à bord de sa flotte.

Le Parlement de la Thaïlande a récemment adopté une nouvelle loi sur la pêche mais celle-ci ne peut pas entrer en vigueur avant deux mois d'où l'emploi de l'article 44 par la junte pour accélérer le processus et tenir les délais de l'UE.

La Thaïlande avait averti mercredi qu'elle risquait de perdre près d'un milliard de dollars par an si l'Union européenne mettait en place des sanctions commerciales sur les produits de la mer, comme elle a menacé de le faire.

En juin, le Département d'Etat américain a abaissé la Thaïlande à son rang le plus bas dans un rapport sur la traite des personnes, en soulignant les abus dans l'industrie de la pêche, entre autres.

L'industrie de la pêche, l'un des piliers de l'économie, représente 40% des exportations de produits alimentaires du pays. Le royaume a la plus grosse industrie de la crevette au monde.

Mais sa réputation a été sérieusement écornée par les révélations des derniers mois. Trafic d'êtres humains, esclavage, et captures illégales seraient des pratiques courantes et les gouvernements successifs auraient fermé les yeux.

jta-tib/alc