NOUVELLES
23/04/2015 19:24 EDT | Actualisé 23/06/2015 01:12 EDT

Sophia Martelly, l'actuelle première dame d'Haïti, candidate au Sénat

Sophia Martelly, l'épouse du président haïtien Michel Martelly, a officialisé jeudi sa candidature aux élections sénatoriales dont le premier tour est prévu le 9 août.

C'est via son compte Twitter que l'actuelle première dame d'Haïti a annoncé son entrée dans la course électorale: en postant une photo d'elle avec son formulaire d'enregistrement auprès de l'administration électorale.

Le tout accompagné d'un commentaire en créole: "Ce que vous suspectez, c'est ça".

Elle a donc attendu le dernier jour du dépôt des candidatures pour mettre fin aux rumeurs circulant depuis plusieurs semaines dans le pays.

Pour sa première participation à une élection, elle n'envisage pas de succéder à son mari à la présidence mais vise le poste de sénateur de l'Ouest, le département qui englobe la région métropolitaine de Port-au-Prince.

En raison d'une crise politique profonde entre le pouvoir exécutif et l'opposition, Haïti n'a pas organisé d'élections depuis plus de trois ans.

Maires, élus locaux, députés, sénateurs et président de la République: plus de 6.000 postes sont à pourvoir lors des scrutins qui doivent se tenir les 9 août, 25 octobre et 27 décembre. Un défi logistique pour le pays miné par une pauvreté endémique.

La période de dépôt des candidatures achevée, le conseil électoral provisoire doit désormais analyser la recevabilité des dossiers des plus de 2.300 personnes candidates aux législatives. Et le cas de la première dame devrait particulièrement susciter un débat.

Née à New York, Sophia Martelly a la double nationalité haïtienne et américaine.

La Constitution, amendée en 2012, reconnaît la double nationalité mais le décret électoral publié en mars 2015 précise toujours que, pour être candidat à toute élection dans le pays, il faut "n'avoir jamais renoncé à sa nationalité et ne détenir aucune autre nationalité au moment de l'inscription".

Le conseil électoral provisoire doit publier le 1er mai la liste définitive des candidats aux législatives.

amb/elm