NOUVELLES
23/04/2015 05:35 EDT | Actualisé 23/04/2015 05:36 EDT

Accusations de terrorisme: Sabrine Djermane et El Mahdi Jamali ont été dénoncés par la soeur de l'un d'eux

Radio-Canada

Sabrine Djermane et El Mahdi Jamali, ces deux jeunes inculpés lundi dernier de quatre chefs d'accusation reliés à des activités terroristes, étaient si déterminés à perpétrer un attentat qu'ils étaient prêts à le faire à Montréal advenant qu'ils ne parviennent pas à fuir à l'étranger.

Leur détermination était telle que la sœur de l'un d'eux a jugé bon de contacter les policiers. Elle a dit avoir entendu ceci :

« Si on ne peut pas aller là-bas, on va le faire ici. »

— Propos entendus rapportés par la soeur d'un des inculpés

Les deux jeunes de 18 ans sont toujours détenus et leur cause reviendra vendredi devant les tribunaux.

Rappelons que c'est le 14 avril dernier que les policiers de la Gendarmerie Royale du Canada ont arrêté Sabrine Djermane et El Mahdi Jamali.

Les policiers ont procédé rapidement après avoir reçu ce témoignage de la sœur de l'un des deux jeunes.

Ils ont ensuite fouillé la résidence des parents du jeune homme, qui venait tout juste d'avoir 18 ans.

Presque tout pour fabriquer une bombe

Les policiers ont saisi du matériel pouvant servir à fabriquer un engin explosif artisanal: un autocuiseur aussi appelé Cocotte-Minute, semblable à celui utilisé lors des attentats de Boston, ainsi que des clous et du sucre. Mais il manquait des éléments pour fabriquer la bombe.

Les policiers ont également fouillé le casier que les deux étudiants partageaient au Collège de Maisonneuve, mais n'ont rien trouvé.

La police a par ailleurs découvert que les deux jeunes venaient de louer un appartement dans Hochelaga-Maisonneuve. Ils y ont saisi des documents.

Selon des sources de Radio-Canada, Sabrine Djermane et El Mahdi Jamali avaient tous deux signé un bail le 15 mars dernier. Ils s'étaient engagés à payer le loyer jusqu'en juillet 2016. Ils avaient payé le mois d'avril et le mois de mai en argent comptant, soit plus de 2000 $.

Le couple a raconté à des connaissances qu'il venait de se marier et voulait fuir leurs familles.

Le jeune homme, El Mahdi Jamali, aurait aussi dit qu'il avait abandonné ses cours pour travailler pendant quelques mois afin de subvenir aux besoins du couple. Mais il avait l'intention de retourner au cégep cet automne.

La jeune fille de 18 ans commençait sa première session en soins infirmiers, lui étudiait en sciences de la nature, profil santé.

Les deux amoureux ont été formellement accusés lundi dernier d'avoir tenté notamment de quitter le Canada dans le but de commettre un acte terroriste à l'étranger et d'avoir fabriqué ou avoir eu, en leur possession, des substances explosives.

Des liens qui remontent à quelques années

Radio-Canada a aussi établi que des liens existaient entre deux jeunes partis à la mi-janvier pour la Turquie et les deux accusés : ils ont tous fréquenté l'école secondaire Georges-Vanier à Montréal. D'ailleurs, Sabrine Djermane était dans la même cohorte que l'un des jeunes qu'on soupçonne d'avoir rejoint le djihad en Syrie.

Son copain, El Mahdi Jamali, cultivait aussi des liens Facebook avec ce même élève qui entretenait des liens étroits avec au moins quatre des sept jeunes qui sont aussi partis vers la Turquie, à la mi-janvier.

El Mahdi Jamali s'était inscrit à une activité Facebook en décembre dernier donnée au centre communautaire islamique de l'est d'Adil Charkaoui. L'activité s'intitulait « Soyons fiers d'être musulmans, fuyez vers Allah ».

Les deux jeunes gens avaient aussi des activités sur Facebook; dans le cas du jeune homme il avait deux comptes, dont un sous un faux nom. Dans le cas de la jeune femme, son compte était également sous un faux nom.

Avec les informations de Karine Bastien, Isabelle Richer et Patrick Martin-Ménard

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

  • Instaurer la "perpétuité réelle"
    Instaurer la
    kIM DARam/Flickr
    L'idée est défendue (de lognue date) par le Front national et, plus récemment, par le secrétaire général de l'UMP Laurent Wauquiez. Techniquement, la perpuité "incompressible" existe depuis 1994, même si elle est très peu appliquée par les juges. Elle est toutefois jugée conforme au droit européen par la CEDH, puisqu'il existe des procédures visant à rééxaminer cette peine d'enfermement à vie. Le FN et l'UMP préconisent justement de supprimer les possibilités d’aménagement et/ou de réduction de peine pour les faits de terrorisme.
  • Contrôler Internet et les réseaux sociaux
    Contrôler Internet et les réseaux sociaux
    Shutterstock / Juergen Faelchle
    Le premier ministre Manuel Valls a demandé à son ministre de l'Intérieur des propositions d'ici 8 jours pour accentuer la surveillance et la répression des comportements haineux sur Internet et les réseaux sociaux. La loi Cazeneuve, votée en novembre dernier, prévoit pourtant déjà le blocage administratif de sites faisant "l'apologie du terrorisme". Si l'on ignore encore le contenu des propositions du ministre, l'Asic, principale association française des acteurs du web incluant Google ou Dailymotion, a fait part de son inquiétude en demandant au gouvernement de "respecter l'ensemble des libertés". A suivre.
  • Rétablir la peine de mort
    Rétablir la peine de mort
    AFP
    L'idée est défendue depuis son abolition par le Front national. Dans la foulée de l'attentat visant Charlie Hebdo, sa présidente Marine Le Pen a répété que, une fois élue présidente de la République, elle proposerait le retour de la peine capitale par référendum. "Je pense que la peine de mort doit exister dans notre arsenal juridique, à charge évidemment pour les jurés, pour les crimes les plus odieux, de pouvoir faire ce choix", expliquait-elle.
  • Interdire le retour de jihadistes en France
    Interdire le retour de jihadistes en France
    remiforall/Flickr
    La législation actuelle prévoit déjà la possibilité de déchoir de leur nationalité française les terroristes binationaux. Le secrétaire général de l'UMP, Laurent Wauquiez préconise d'aller plus loin encore en interdisant le retour en France des nationaux partis faire le jihad à l'étranger. Problème: une telle décision reviendrait à faire de ces Français des apatrides, au mépris des conventions internationales signées par la France. Laurent Wauquiez n'exclut pas de rompre avec ces textes (dont la Convention de Genève), mais l'UMP se cantonne à plaider en faveur d'une interdiction de territoire visant uniquement les binationaux et les étrangers.
  • Instaurer l'Etat d'urgence
    Instaurer l'Etat d'urgence
    AFP
    L'idée, un temps envisagée par des députés de la majorité, est défendue avec force par le président du parti souverainiste Debout la République, Nicolas Dupont-Aignan. "Cela n’a rien d’extravagant et a déjà existé par le passé, par exemple en 2005 (lors des émeutes de banlieue). L'état d'urgence permettrait de simplifier considérablement les procédures juridiques et renforcerait d'autant l'efficacité des forces de l'ordre", plaide l'ancien candidat à la présidentielle. L'état d'urgence confère des pouvoirs exceptionnels à l'Etat: instauration de couvre-feu, mesures discrétionnaires d'interdictions de séjour, possibilité d'ordonner des perquisitions et de prendre "toute mesure pour assurer le contrôle de la presse et de la radio".
  • Envoyer l'armée en banlieue
    Envoyer l'armée en banlieue
    AFP
    La banlieue, repère du terrorisme? Certains responsables politiques n'excluent pas d'envoyer l'armée dans les quartiers les plus sensibles pour, notamment, lutter contre le trafic d'armes de guerre. Une idée défendue de longue date à Marseille par la sénatrice socialiste Samia Ghali et aujourd'hui reprise par l'ancien ministre UMP Xavier Bertrand.
  • Frapper les parents
    Frapper les parents
    AFP
    Que faire des élèves qui n'ont pas respecté la minute de silence à l'école en l'honneur des victimes des attentats? Alors que l'Education nationale s'est saisie du dossier, le député UMP Eric Ciotti a fait une proposition surprenante sur Twitter ce jeudi: retirer les allocations familiales des parents des élèves concernés. Le député des Alpes-Maritimes n'a pas précisé quel sort il comptait réserver aux parents des frères Kouachi.
  • Créer une peine d'indignité nationale
    Créer une peine d'indignité nationale
    AFP
    Cette proposition est avancée officiellement par l'UMP dans ses 12 mesures anti-terroristes. Objectif: frapper les terroristes français d'une peine d'indignité nationale, sanction créée par l'ordonnance du 26 août 1944 à la suite de la Seconde Guerre mondiale et qui visait les Collaborateur du régime de Vichy. Cette peine entraîne la perte du droit de vote et de tous les droits civiques, l'interdiction de travailler dans la fonction publique, l'armée, ou la presse.
  • Sortir ou suspendre l'espace Schengen
    Sortir ou suspendre l'espace Schengen
    Eisbäärchen/Flickr
    Cette proposition visant la libre circulation en Europe est défendue par l'UMP, Debout la République et le Front national à des degrés divers. L'UMP de NIcolas SArkozy préconise plus sobrement une réforme des traités Schengen "pour améliorer les contrôles aux frontières et les échanges d’information". Nicolas Dupont-Aignan préconise de rétablir temporairement les contrôles aux frontières tandis que le Front national prône depuis longtemps le rétablissement permanent des frontières françaises. Objectif: empêcher le retour ou l'arrivée de terroristes. Pour rappel, les trois auteurs des attaques de la semaine dernière étaient Français et en règle sur le territoire national.
  • Créer des centres de détention spéciaux
    Créer des centres de détention spéciaux
    AFP
    Pour éviter les phénomènes d'endoctrinement en prison, le gouvernement socialiste a déjà ordonné la généralisation de l'isolement des détenus fanatisés dans les centres pénitentiaires avant la fin de l'année. La ministre de la Justice Christiane Taubira veut elle lancer un programme de déradicalisation dans les prisons existantes. L'UMP préconise d'aller plus loin encore en créant des centres de détention spéciaux consacrés à la déradicalisation des terroristes djihadistes condamnés. Ceux-ci seraient alors totalement isolés des autres détenus, contrairement au dispositif actuel où ils continuent de partager des activités scolaires et sportives avec le reste de la population carcérale. L'idée de centres dédiés, défendue notamment par le député UMP Eric Ciotti, nécessiterait d'importants investissements et de sérieuses discussions avec les villes qui les accueilleront.
  • BONUS: rétablir l'uniforme à l'école (publique et privée)
    BONUS: rétablir l'uniforme à l'école (publique et privée)
    dok1/Flickr
    L'idée émane du Front national mais est également proposée par le député UMP Bernard Debré. Alors que des incidents ont émaillé par endroit les minutes de silence en l'honneur des victimes de Charlie Hebdo, Marine Le Pen préconise de rétablir l'autorité en milieu scolaire en imposant le port de l'uniforme partout.