NOUVELLES
23/04/2015 10:58 EDT | Actualisé 23/06/2015 01:12 EDT

Migrants en Méditerranée: Londres offre trois navires et des hélicoptères

La Grande-Bretagne a proposé jeudi de fournir des navires militaires et des hélicoptères pour aider les Européens à contenir le flux de migrants qui tentent de traverser la Méditerranée.

"Comme toujours, la Grande-Bretagne va apporter son aide", a affirmé d'un ton martial le Premier ministre, David Cameron, à son arrivée au sommet européen extraordinaire convoqué après la nouvelle tragédie en Méditerranée, qui a fait quelque 800 morts dimanche.

"Je vais offrir aujourd'hui le HMS Bulwark", l'un des plus grands navires de guerre britannique, "trois hélicoptères et deux autres navires patrouilleurs", a-t-il ajouté.

Mais, "cela implique que les gens que nous repêcherons ou avec lesquels nous aurons affaire seront emmenés vers le pays sûr le plus proche, le plus probablement l'Italie, et qu'ils ne pourront demander immédiatement l'asile au Royaume-Uni", a-t-il aussitôt prévenu.

Le président français, François Hollande, a affirmé que la France contribuerait, mais sans donner de détails sur les moyens. Il faut "renforcer la présence de l'Europe en mer mais également en surveillance". "Une décision de renforcement considérable des moyens doit être prise, en tout cas (...) la France y contribuera", a-t-il dit.

La Belgique s'est dite prête mercredi à détacher son navire de commandement et de soutien logistique Godetia pour contribuer à Triton. "D'autres formes de soutien telles que des équipes détachées sur des navires ou des moyens de surveillance maritime pourraient aussi être envisagées", a déclaré le Premier ministre, Charles Michel.

Les dirigeants européens doivent passer en revue un plan d'action en dix points de la Commission européenne.

Parmi ceux-ci, le renforcement financier et en navires des opérations de surveillance maritime Triton au large de l'Italie et Poséidon pour la Grèce, mais aussi la capture et la destruction des bateaux utilisés par les passeurs, notamment en Libye.

Si ce scénario reçoit l'aval des 28, ce serait une opération militaire sans précédent, la première à être mise sur pied pour combattre l'immigration illégale.

axr/jlb/dac