NOUVELLES
22/04/2015 20:00 EDT | Actualisé 22/06/2015 01:12 EDT

Match nul inespéré de l'Impact au Mexique

L'Impact de Montréal a arraché un match nul inespéré de 1-1 contre Club América à Mexico mercredi soir au match aller de la finale de la Ligue des champions de la CONCACAF.

Un texte de Gilles Gagnon

Le stade mythique Azteca, théâtre de deux finales de la Coupe du monde mettant en vedette Pelé en 1970, puis Maradona et « la main de Dieu » en 1986, plutôt que d'intimider l'Impact, a semblé le galvaniser. Il faut dire qu'on était loin de la salle comble, les nombreux sièges vides ont semblé affecter davantage les locataires de l'enceinte.

Club América n'a pas été à la hauteur de sa réputation. Quadruple championne de la compétition et largement favorite pour ajouter un 5e titre, la formation mexicaine a certes dominé presque toutes les colonnes statistiques, mais le onze montréalais a ébranlé les colonnes de son temple en lui tenant la dragée haute au score final. Et c'était le seul objectif que visaient les hommes de Frank Klopas.

Solide première demie

L'Impact devait se défendre sans Victor Cabrera, sur la touche en raison d'une blessure à la cheville. Mais le quatuor de défenseurs Laurent Ciman, Hassoun Camara, Bakary Soumaré et Donny Toia a certainement su pallier son absence.

Le début de match a vu les Bleus afficher une autorité insoupçonnée où les intentions et l'organisation impressionnaient. 

À la 16e minute, l'Impact a atteint l'apothéose avec un échange grandiose qui a mené au but d'Ignacio Piatti.

Une immense transversale de Ciman a rejoint Camara, loin en zone mexicaine, Le Français a redirigé à Dominic Oduro, qui a rapidement relayé à Ignacio Piatti. Dilly Duka a eu la présence d'esprit de laisser passer le ballon au profit de l'Argentin qui a donné l'avance 1-0 aux Montréalais.

À la 26e, Michael Arroyo a déjoué Evan Bush, mais le hors-jeu (pas si évident,à la reprise) a été signalé in extrémis.

Deux minutes plus tard, Piatti est venu bien près de doubler la mise avec une pichenette lobbée qui a battu Moises Munoz, mais qui a raté le poteau éloigné.

Bush s'est ensuite chargé de repousser les attaques de plus en plus pressantes des Mexicains les plus entreprenants, en particulier, Osvaldo Martinez, Rubens Sambueza et Darwin Quintero... Ce Quintero jouait pour le Santos Laguna lors d'un match disputé également au Mexique en 2009, que les partisans de l'Impact n'ont pas oublié...

À quelques minutes de la mi-temps, Oduro allait se donner une chance dorée quand Martinez a interrompu son échappée à quelques mètres de la surface en le retenant par derrière, par le maillot. L'arbitre a fait preuve d'une indulgence suspecte en ne distribuant qu'un carton jaune au fautif. Un rouge aurait certainement été plus près de l'esprit du règlement. L'Impact a d'ailleurs logé un appel auprès de la CONCACAF sur cette décision.

Le tableau indiquait 1-0 au sifflet de la pause.

L'état de siège en deuxième demie

La deuxième demie n'aura abîmé que la portion gazonnée du territoire de l'Impact.

Club América a procédé à un changement qui a survolté son attaque. 

Oribe Peralta a remplacé Martinez et il a certainement justifié son statut de redoutable attaquant.

À la 52e minute, il a sérieusement mis à l'épreuve le gardien de l'Impact. Sans succès.

Lui et ses coéquipiers n'ont presque jamais cessé d'assiéger la surface et le petit rectangle de Bush, mais toujours sans parvenir à le déjouer.

La défense commençait cependant à s'user.

Camara blessé, on a dû lui substituer Eric Miller à la 66e minute. C'étaient ses premières minutes de jeu cette saison, on peut dire qu'il sait choisir ses moments.

Lui et ses camarades  ont vaillamment tenu le fort. Les entrées de Maxim Tissot et Patrice Bernier en remplacement de Diily Duka et Nigel Reo-Coker ont à peine été notées, tant la tempête s'intensifiait.

À la 89e, Peralta a finalement libéré América en créant l'égalité 1-1 sur une tête d'une puissance absolue. Sambueza l'avait alimenté sur un coup franc.

Durant les arrêts de jeu, l'Impact a miraculeusement pu s'accrocher et préserver la nulle.

Contre toute attente, la troupe de Klopas reviendra à Montréal avec une égalité et un but marqué à l'extérieur!

Pour le match retour mercredi prochain, il pourra compter sur l'appui de son immense 12e joueur.

En effet, il y a aura une salle comble de près de 60 000 au Stade olympique pour ce qui sera, sans doute, la rencontre la plus importante de l'histoire du soccer à Montréal.