NOUVELLES
23/04/2015 07:53 EDT | Actualisé 23/06/2015 01:12 EDT

Londres: le casse du quartier des joailliers rappelle un cambriolage à Berlin

Scotland Yard a dévoilé la photo saisissante d'un mur en béton armé de 50 cm d'épaisseur percé de part en part lors du casse mené début avril dans le quartier des joailliers de Londres, une affaire présentant des similitudes avec un cambriolage survenu à Berlin en 2013.

Ce vol retentissant s'était déroulé pendant le week-end de Pâques chez Hatton Garden Safe Deposit Limited, un établissement spécialisé de la capitale britannique.

Au cours de ce casse qui semble être l'un des plus gros de l'histoire du Royaume-Uni, les cambrioleurs ont ouvert 72 coffres-forts. Selon les médias britanniques, ils seraient partis avec un butin d'une valeur de 275 millions d'euros, montant que la police de Londres n'a pas confirmé jusqu'ici.

Scotland Yard a publié cette semaine une série de photos témoignant de l'application et de la détermination des voleurs à s'introduire dans l'établissement, selon un scénario digne d'un polar.

Une de ces images montre un épais mur en béton armé percé par une carotteuse au diamant, un outil de 35 kg d'une valeur de plusieurs milliers d'euros généralement utilisé pour les travaux de forage et de transpercement.

Les photos révèlent aussi une pile de coffres-forts individuels vidés par les voleurs, qui ont abandonné sur place de nombreux outils, comme un pied-de-biche.

Les cambrioleurs avaient apparemment réussi à s'introduire dans la salle des coffres en descendant par la cage d'ascenseur de l'immeuble. Le cambriolage n'avait été découvert que le mardi, après le long week-end de Pâques.

La police londonienne a admis qu'elle avait été alertée mais n'avait pas donné suite, après le déclenchement d'une alarme, et une enquête interne a été lancée.

Le mode opératoire rappelle le casse d'une agence bancaire de la Berliner Volksbank près de Berlin en 2013, lors duquel les voleurs avaient raflé le contenu de 294 coffres, pour un butin évalué à 10 millions d'euros. Les criminels avaient pu pénétrer dans la salle des coffres en creusant un tunnel de 30 mètres.

Dans les deux cas, les voleurs se sont fait passer pour des ouvriers, et une complicité interne est suspectée.

jwp-eg/oaa/alc