NOUVELLES
23/04/2015 15:43 EDT | Actualisé 23/06/2015 01:12 EDT

Les revenus de Procter & Gamble ont souffert de la vigueur du dollar

NEW YORK, États-Unis - Procter & Gamble a souffert de la vigueur du dollar américain à son troisième trimestre, comme presque toutes les entreprises qui ont des activités à l'étranger, ce qui a fait reculer son chiffre d'affaires en deçà des attentes des analystes.En raison de l'environnement défavorable des devises, la société croit que ses revenus pour l'exercice glisseront de cinq à six pour cent. Mais elle a indiqué jeudi s'attendre à ce que son bénéfice ajusté soit conforme à celui de l'an dernier, ou légèrement en baisse.Procter & Gamble, qui fabrique divers produits de soins personnels, des rasoirs Gillette aux dentifrices Crest, a engrangé 2,15 milliards $ US, soit 75 cents US par action, pour le trimestre clos le 31 mars. En comparaison, il avait réalisé un bénéfice de 2,61 milliards $ US, ou 90 cents US par action, un an plus tôt.Le bénéfice ajusté s'est établi à 92 cents US par action, ce qui était conforme aux attentes des analystes interrogés par la firme FactSet.Les revenus de l'entreprise de Cincinnati ont reculé à 18,14 milliards $ US, comparativement à 19,64 milliards $ US l'an dernier. Les analystes étaient plus confiants et prévoyaient un chiffre d'affaires de 18,42 milliards $ US.Le plus important déclin des ventes a été observé dans le secteur de la beauté, des cheveux et des soins personnels, avec une baisse de 11 pour cent. Les ventes des soins des tissus et de la maison ont retraité de neuf pour cent, tandis que celles du secteur des bébés, des soins féminins et de la famille ont glissé de six pour cent.La performance trimestrielle de Procter & Gamble a été minée par la vigueur du dollar américain, qui nuit aux entreprises actives à l'étranger puisque les ventes réalisées dans d'autres pays valent moins d'argent lorsque ces montants sont reconvertis en dollars américains.Le directeur financier Jon Moeller a noté, lors d'une conférence téléphonique, que les difficultés liées aux devises s'étaient accrues au cours du trimestre, avec l'affaiblissement des devises du Brésil, de la Turquie et de l'Ukraine face au billet vert, par rapport au deuxième trimestre.Le président et chef de la direction, A.G. Lafley, a pour sa part indiqué dans une déclaration écrite qu'avec le temps, Procter & Gamble ferait contrepoids à la vigueur du dollar avec des hausses de prix et des réductions de coûts.Le fabricant de produits de consommation progresse toujours avec son plan visant à éliminer plusieurs de ses marques, une stratégie annoncée en août. Pour l'instant, Procter & Gamble s'attend à faire disparaître 100 marques pour n'en conserver qu'environ 65, comme Pampers et Tide, a indiqué jeudi M. Moeller.«Chaque marque que nous prévoyons conserver est stratégique, a le potentiel de croître et de créer de la valeur», a-t-il précisé.La société espère avoir terminé la mise en oeuvre de ce plan d'ici la fin de son exercice financier 2016.