NOUVELLES
23/04/2015 15:19 EDT | Actualisé 23/06/2015 01:12 EDT

Le chauffeur de taxi Guercy Edmond, qui avait roulé sur un client, est acquitté

MONTRÉAL - Le chauffeur de taxi montréalais qui était accusé d'avoir roulé volontairement sur un client enragé — une scène, captée par des caméras, qui avait largement été diffusée sur les médias sociaux —, a été acquitté, jeudi, des trois accusations qui pesaient contre lui.Guercy Edmond avait d'abord été accusé de voies de fait graves, d'agression armée, de conduite dangereuse et de délit de fuite, mais la juge Geneviève Graton l'avait déjà acquitté de ce dernier chef, faute de preuves incriminantes. À l'issue du procès, elle l'a aussi acquitté des trois autres chefs, jeudi.M. Edmond, âgé de 50 ans, s'est dit «plus que soulagé» par ce verdict. «J'ai vécu toutes les amertumes terrestres, c'était une vie de misère pour moi», a-t-il confié aux journalistes à sa sortie de la salle d'audience, au palais de justice de Montréal. «Je continue (à conduire un taxi) mais je peux vous dire qu'à chaque fois que j'embarque un client, c'est une misère pour moi — à savoir si ce client-là ne va pas m'attaquer. Et je peux vous assurer qu'à un moment donné, je vais quitter» ce métier, a dit M. Edmond.L'incident était survenu en avril 2012, à la sortie des bars, dans l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal, à la suite d'une altercation entre le chauffeur de taxi et son client, Benoît Kapelli, sur le prix de la course, à l'intérieur de la voiture.La dispute verbale a dégénéré en confrontation physique entre MM. Edmond et Kapelli lorsque le client, intoxiqué, a voulu sortir du taxi et a traité le chauffeur de voleur.La voiture taxi de M. Edmond a ensuite été entourée par quelques jeunes gens, qui ont frappé la voiture des pieds et des mains. L'un des assaillants était même monté sur le toit du véhicule.La preuve vidéo — captée par des caméras de surveillance et des téléphones intelligents — montrait que M. Kapelli, dans un dernier coup de pied à la voiture, a semblé perdre pied et tomber sous les roues du taxi, qui a roulé sur son corps avant de quitter la scène. Benoit Kapelli, d'origine française, a subi une perforation de la vessie, des fractures aux côtes et une lacération profonde au menton.Au procès, l'avocat de M. Edmond a plaidé que l'accusé avait eu peur, qu'il tentait de se protéger, qu'il avait voulu se tirer au plus vite de ce mauvais pas et qu'il n'avait pas vu la victime sur le pavé.La juge Graton a estimé que la Couronne n'avait pu prouver hors de tout doute que l'accusé avait agi de façon délibérée et sous l'impulsion de la colère. Selon la magistrate, le comportement de M. Edmond n'est pas très différent de celui qu'aurait eu une personne raisonnable en pareille circonstance.L'avocat de M. Edmond, Yves Vaillancourt, a estimé que cette affaire rappelle l'importance de ne pas sauter rapidement aux conclusions lorsque l'on visionne certaines images. Car la preuve vidéo, qui semblait pour certains accablante avant le procès, aura été dans ce cas-ci très importante pour innocenter M. Edmond, a soutenu Me Vaillancourt.