NOUVELLES
23/04/2015 12:04 EDT | Actualisé 23/06/2015 01:12 EDT

Kirghizstan: démission du Premier ministre sur fond de scandale minier

Le Premier ministre kirghiz Djoomart Otorbaïev a démissionné jeudi, empêtré dans des polémiques entourant le rôle du Kirghizstan dans l'exploitation d'une importante mine d'or, premier employeur du pays et propriété de l'entreprise canadienne Centerra Gold.

"Beaucoup de travail a été réalisé mais il reste beaucoup de choses à faire", a déclaré M. Otorbaïev, alors qu'il présentait sa démission au Parlement kirghiz.

"Le gouvernement a besoin d'une réorganisation", a-t-il ajouté, précisant qu'il revenait à la coalition au pouvoir de désigner "un Premier ministre plus décisif".

Âgé de 59 ans et ancien conseiller de la Banque européenne de reconstruction et de développement (Berd), M. Otorbaïev était en poste depuis avril 2014.

Au début du mois, il avait annoncé l'arrêt des négociations sur la création d'une co-entreprise entre l'Etat kirghiz et Centerra Gold qui contrôlerait la mine de Kumtor, qui assure à elle seule 7,4% du PIB du pays.

La mine de Kumtor est la propriété de Centerra Gold, elle-même détenue à 32,7% par le Kirghizstan.

M. Otorbaïev souhaitait augmenter la participation du Kirghizstan dans Centerra Gold tout en excluant toute nationalisation de la mine, une position défendue par l'opposition nationaliste.

Le sujet devrait être au centre de la campagne électorale précédant un scrutin législatif en novembre.

L'industrie minière, cruciale pour l'économie du Kirghizstan, a provoqué une série de protestations violentes ces derniers mois alors que les habitants s'inquiètent de l'emprise de sociétés étrangères sur les ressources du pays et craignent que l'environnement en pâtisse.

L'économie du Kirghizstan, république pauvre d'Asie centrale, repose essentiellement sur son million de migrants travaillant en Russie, dont les transferts d'argent représentent près du tiers du PIB.

Mais ceux-ci, qui occupent le plus souvent des emplois peu qualifiés, souffrent depuis plusieurs mois du ralentissement de l'économie russe et de la chute du rouble.

tbm/all/mr