NOUVELLES
23/04/2015 04:40 EDT | Actualisé 23/06/2015 01:12 EDT

Kenya: le président suspend les deux têtes de l'agence anticorruption

Le chef de l'Etat kényan Uhuru Kenyatta a suspendu jeudi le président et la vice-présidente de la Commission d'Ethique et anticorruption (EACC), visés par une procédure de destitution lancée par l'Assemblée nationale, a annoncé la présidence dans un communiqué.

Les députés ont voté lundi la création d'une Cour spéciale devant se prononcer sur le limogeage de Mutumo Matemu et Irene Keino, leur attribuant les "dysfonctionnements" de l'EACC, minée depuis des mois par des rivalités internes, des soupçons de détournements et des accusations d'inaction.

Fin mars, l'EACC avait remis au président Kenyatta un rapport confidentiel mettant en cause cinq ministres, des responsables locaux et une quinzaine de hauts fonctionnaires et de dirigeants d'entreprises publiques. M. Kenyatta avait demandé aux cinq ministres cités de quitter temporairement leurs fonctions en attendant le résultat d'une enquête.

M. Matemu et Mme Keino sont "suspendus de toutes les fonctions et responsabilités attachées à leurs postes avec effet immédiat, jusqu'à la décision du tribunal qui sera mis en place conformément à la loi", a indiqué mercredi Manoah Esipisu, porte-parole de la présidence kényane, dans un communiqué.

"Ce processus n'entame en rien le travail de l'organisation qui reste en place et opérationnelle, conformément à la Constitution".

Dans son rapport présenté mercredi devant la Chambre basse, la Commission Justice et Lois de l'Assemblée nationale a estimé que "les désaccords et la méfiance au sein des commissaires et avec le secrétariat-général entraînent le dysfonctionnement de l'EACC et nécessitent un nouveau départ".

Fin mars, M. Kenyatta avait dans son discours à la Nation promis de déclarer "une guerre infatigable contre la corruption", un fléau très largement répandu au Kenya.

str-ayv/aud/hba