NOUVELLES
23/04/2015 16:25 EDT | Actualisé 23/06/2015 01:12 EDT

Il faut améliorer l'exécution, dit l'entraîneur-chef Michel Therrien

BROSSARD, Qc - Comme ça a été le cas en saison régulière, le Canadien éprouve toutes sortes de difficultés à trouver le fond du filet en avantage numérique en séries éliminatoires contre les Sénateurs d'Ottawa. Pour expliquer la situation, Michel Therrien a identifié un problème bien précis: l'exécution.Le Canadien a été blanchi en trois occasions mercredi lors du match no 4, et n'a touché la cible qu'une seule fois en 16 occasions dans cette série pour un taux de réussite famélique de 6,25 pour cent. Dans le vestiaire, Alex Galchenyuk a semblé irrité de se faire encore rabattre les oreilles avec les difficultés du Canadien en avantage numérique. «Combien de questions sur l'avantage numérique allez-vous encore nous poser?», a-t-il répondu sèchement à un collègue.À l'instar de ses coéquipiers, l'attaquant américain a convenu que les unités spéciales sont essentielles, particulièrement dans une série aussi serrée que celle contre les Sénateurs, et qu'il fallait à tout prix trouver des solutions.Therrien refusé de pointer du doigt ses gros canons, tel que Max Pacioretty, pour expliquer les insuccès du Canadien avec l'avantage d'un homme. Il considère plutôt que c'est à l'ensemble des joueurs de trouver des solutions. Au lendemain de la défaite contre les Sénateurs, le Canadien a tenu un entraînement optionnel au Complexe sportif Bell de Brossard auquel n'ont participé que quelques joueurs réguliers — Dustin Tokarski, Brandon Prust, Devante Smith-Pelly, Jacob De La Rose, Galchenyuk et Brian Flynn — ainsi que les «As noirs» rappelés des Bulldogs de Hamilton.Pacioretty et Carey Price, vêtus d'un survêtement, se sont contentés de décocher quelques tirs dans une cage béante avant le début de la séance.