NOUVELLES
23/04/2015 11:30 EDT | Actualisé 23/06/2015 01:12 EDT

Commotions: Le processus d'appel pourrait retarder le versement des sommes

Les premières poursuites contre la NFL dans le dossier des commotions cérébrales ont été déposées en cour pour la première fois il y a quatre ans, et même si une entente à l'amiable a finalement été approuvée par une juge fédérale, les centaines de millions de dollars qui doivent être versés aux milliers de joueurs admissibles ne le seront pas avant que le processus d'appel soit complété — et, après ça, il faudra que le dossier de chacun des plaignants soit traité individuellement.«C'est une bonne sensation, mais ce n'est pas terminé, en raison du processus d'appel, a expliqué Craig Mitnick, qui a représenté plus de 1000 ex-joueurs contre la NFL. C'est très probable que d'ici moins d'un mois, l'un des avocats qui a été impliqué vers la fin du processus juridique dans ce dossier, et qui représente un ou plusieurs joueurs qui ne croient pas que l'entente à l'amiable soit équitable, se rende devant un juge.» L'un des principaux avocats chargés de représenter les joueurs, Christopher Seeger, a confié qu'il était «très peu préoccupé» par la possibilité qu'un appel soit présenté.«La principale question qui revient dans le discours des ex-joueurs c'est: 'Pendant combien de temps faudra-t-il patienter pour obtenir de l'aide?', a souligné Seeger. Tant qu'aucun appel n'est présenté, le processus d'entente à l'amiable suit son cours et les dédommagements aux joueurs pourraient être versés dès cet été.» La ligue a été accusée pendant de nombreuses années d'avoir tenté de cacher les risques liés aux commotions cérébrales afin de retourner les joueurs sur le terrain le plus rapidement possible.La juge de district américaine Anita Brody a approuvé l'entente à l'amiable dans un verdict de 132 pages rendu mercredi, après avoir demandé à deux reprises aux avocats de la revoir puisqu'elle considérait que les fonds pourraient éventuellement venir à manquer pour dédommager les plaignants. Les négociateurs n'ont pas bonifié leur offre de 765 millions $, qui avait d'abord été dévoilée en août 2013, mais ont plutôt accepté d'abolir la limite maximale. On ignore donc le montant exact qui sera versé par la NFL, outre les honoraires de 100 millions $ aux avocats, en plus des millions supplémentaires pour éduquer les joueurs sur les risques liés aux commotions cérébrales et assurer le suivi de l'état de santé des ex-joueurs. «C'est une entente sans plafond, donc ça pourrait être beaucoup plus» que 765 millions $, selon Seeger.En théorie, ça pourrait aussi être moins. Des dizaines d'ex-joueurs ou leurs proches ont refusé l'entente, dont ceux de Junior Seau, un membre du Temple de la renommée qui s'est suicidé en 2012.L'an dernier, sept ex-joueurs qui s'opposaient à la proposition d'entente à l'amiable — parce qu'elle ne couvrait pas certains symptômes associés aux blessures à la tête — ont échoué dans leur tentative de présenter leur dossier devant la cour d'appel des États-Unis pour le troisième circuit. L'un d'entre eux, Sean Morey, a confié à l'Associated Press qu'aucune décision n'avait été prise quant à la possibilité d'en appeler du verdict rendu mercredi.Les sommes versées par la NFL aux ex-joueurs dépendront de la durée de leur carrière respective, de leur âge et de leurs problèmes neurocognitifs. Les versements pourraient atteindre entre 1 et 5 millions $ pour ceux qui ont reçu un diagnostic de la maladie de Parkinson et de Lou Gehrig alors qu'ils étaient dans la trantaine ou la quarantaine, ou encore pour ceux qui sont décédés à la suite de traumatismes chroniques au cerveau.