NOUVELLES
23/04/2015 04:17 EDT | Actualisé 23/06/2015 01:12 EDT

Chili: nuages de cendres après l'éruption d'un volcan endormi depuis un demi-siècle

Endormi depuis un demi-siècle, le volcan Calbuco, dans le sud du Chili, s'est soudainement réveillé, avec deux éruptions en l'espace de quelques heures, projetant d'énormes nuages de cendres et forçant l'évacuation de quelque 5.000 personnes.

La télévision chilienne a montré des images dantesques des flammes et des cendres s'élevant du volcan. Une épaisse colonne de fumée blanche s'élevait dans le ciel au-dessus de ce volcan situé près de la côte, d'une altitude de 2.003 mètres, mais aucune coulée de lave n'était apparente.

La première éruption, mercredi autour de 18H00 (21H00 GMT), a provoqué un champignon géant de cendres d'une hauteur de dix kilomètres.

Le gouvernement chilien, qui n'a pas fait état de victimes dans un premier temps, a décrété l'alerte rouge dans la région, et l'a maintenue jeudi matin après une deuxième éruption vers 01H00 (04H00 GMT).

L'alerte a également été donnée dans le sud de l'Argentine voisine, qui pourrait être touché par le nuage de cendres.

Le Cabuco était inactif depuis 54 ans, selon les responsables. Le Service national de géologie et de mines a indiqué que le volcan pourrait commencer à émettre de la lave, ce qui provoquerait la fonte des neiges des sommets, laissant craindre des inondations et la hausse du niveau des rivières.

La présidente chilienne Michelle Bachelet, qui devait se rendre sur place jeudi avec plusieurs ministres, a prévenu que "la cendre pourrait endommager les cultures" mais aussi perturber "le travail, le tourisme et surtout la santé" de la population.

- Eruption explosive -

La première éruption mercredi a duré environ 90 minutes, selon le vulcanologue Gabriel Orozco, du Service national de géologie et de mines.

Cela a été une "éruption assez explosive", a-t-il raconté à la télévision nationale. Sur une échelle de 0 à 8 mesurant la puissance des éruptions, elle a été estimée à 4 ou 5, selon le ministre de l'Intérieur, Rodrigo Penailillo.

La deuxième éruption, jeudi matin, a été tout aussi puissante, selon le ministère. "Un deuxième épisode éruptif du volcan Calbuco a été détecté. L'alerte rouge est maintenue", a écrit le Service national de géologie et des mines sur son compte Twitter.

L'alerte rouge concerne les villes de Puerto Montt et Puerto Varas, situées dans la région de Los Lagos, à environ 1.300 kilomètres au sud de Santiago.

Les autorités ont par ailleurs décrété "l'état d'exception" dans les localités proches du volcan, et l'armée prendra donc temporairement le contrôle de ces zones.

"Actuellement la zone d'évacuation autour du volcan Calbuco est de 20 kilomètres. La police a déjà donné des instructions et a commencé à évacuer", selon le ministre de l'Intérieur.

La présidente, qui a indiqué que 5.000 personnes sont concernées par ces évacuations, a appelé la population à suivre les recommandations des autorités.

Les cours ont été suspendus dans la région, de même que les vols au départ et à l'arrivée de cette zone.

- 'Les gens ont très peur' -

Puerto Montt, principale localité de la région, était recouverte d'un nuage de cendres. "Les gens on très, très peur", a déclaré le maire de la ville, Gervoy Paredes. Mercredi soir, la ville a été paralysée par d'énormes embouteillages et de longues files d'attente devant les stations essence, selon les images de télévision.

"La situation est assez compliquée pour l'instant" a ajouté le maire : "le fleuve Blanco serait en train de déborder en raison du dégel" provoqué par l'éruption.

La police chilienne a appelé à "laisser les routes (nationales) dégagées" dans la zone pour faciliter les opérations d'évacuation.

Dans le sud de l'Argentine, les autorités de la ville pittoresque de Bariloche, située à seulement 100 kilomètres du volcan, ont également pris des mesures d'urgence en prévision de l'arrivée éventuelle de cendres produites par l'éruption et demandé à la population de rester chez elle.

La défense civile de Bariloche, qui se trouve à 1.630 kilomètres au sud de Buenos Aires, a suspendu les cours dans les écoles et réquisitionné les établissements sanitaires pour faire face à toute urgence liée à l'éruption.

Il s'agit de la deuxième éruption en quelques semaines enregistrée au Chili, après celle en mars du volcan Villarrica, également situé dans le sud du pays, qui avait entraîné l'évacuation de quelque 3.600 personnes.

Le Chili compte environ 90 volcans actifs, parmi lesquels le Calbuco est considéré comme l'un des plus dangereux.

msa-gfe/ka-at/alc