NOUVELLES
22/04/2015 04:57 EDT | Actualisé 22/06/2015 01:12 EDT

Russie: Poutine nomme un nouveau ministre de l'Agriculture

Le président russe Vladimir Poutine a nommé mercredi un nouveau ministre de l'Agriculture, un secteur devenu stratégique pour la Russie avec l'introduction de l'embargo alimentaire lié à la crise ukrainienne.

Actuel gouverneur de la région agricole de Krasnodar (sud), Alexandre Tkatchev remplace Nikolaï Fedorov qui va rejoindre l'administration présidentielle en tant que conseiller chargé des questions agricoles, selon des communiqués publiés par le Kremlin.

Gouverneur depuis 15 ans, Alexandre Tkatchev, 54 ans, a commencé sa carrière dans le secteur agroalimentaire et s'est souvent fait l'avocat des agriculteurs, nombreux dans sa région du sud au bord de la mer Noire et aux pieds du Caucase, qui comprend notamment la station balnéaire de Sotchi. Selon la presse russe, il s'est parfois illustré par des propos nationalistes.

La presse russe s'était fait l'écho ces derniers jours d'un probable départ de M. Fedorov, selon certaines sources lassé de ce poste après trois ans au ministère et selon d'autres victimes de mauvaises relations avec certains représentants du secteur agroalimentaire et notamment laitier.

M. Poutine, qui a reçu son nouveau conseiller, a souligné de son côté qu'il souhaitait "consolider les efforts du gouvernement, de l'administration présidentielle et des régions afin que les moyens engagées par le gouvernement pour développer le secteur soient dépensés le plus efficacement possible".

Après l'introduction de l'embargo sur la plupart des produits alimentaires des pays qui la sanctionnent en raison de la crise ukrainienne, la Russie a engagé un vaste plan de développement du secteur agroalimentaire.

Au total, a rappelé M. Poutine, 650 milliards de roubles (11,2 milliards d'euros) doivent être investis d'ici à 2020 dont 54 milliards cette année (950 millions d'euros).

Outre ce programme, le nouveau ministre devra s'occuper du soutien des agriculteurs dans un contexte de crise économique, avec des subventions pour compenser le niveau élevé des taux d'intérêt. Il devra également se prononcer sur une éventuelle prolongation au delà du 1er juillet des barrières douanières décrétées sur les exportations de céréales afin d'abaisser les prix sur le marché intérieur.

gmo/kat/ros