NOUVELLES
22/04/2015 07:33 EDT | Actualisé 22/06/2015 01:12 EDT

Perte historique pour Tesco, le géant britannique de la distribution

Le géant britannique de la distribution Tesco a subi une perte annuelle équivalente à 8 milliards d'euros, sans précédent dans son histoire quasi-centenaire, à cause d'une "guerre des prix" qui le lamine au Royaume-Uni et de lourdes dépréciations immobilières.

Le numéro un du secteur en Grande-Bretagne, présent aussi dans de nombreux pays d'Europe et en Asie, a en effet enregistré un déficit net de 5,7 milliards de livres lors de son exercice comptable 2014-2015 achevé fin février, a-t-il annoncé mercredi dans un communiqué.

"Ce fut une année très difficile pour Tesco. Les résultats publiés aujourd'hui reflètent une détérioration sur le marché et, plus important, une érosion de notre compétitivité ces dernières années", a souligné le directeur général du groupe, Dave Lewis, un ancien du géant néerlandais Unilever arrivé en septembre après le renvoi de son prédécesseur Philip Clarke pour cause de mauvais résultats.

Les profits de Tesco ont notamment plongé sur son principal marché britannique, où le groupe est confronté à une véritable "guerre des prix" lancée dans le secteur de la distribution sous l'impulsion des enseignes allemandes de maxi-discompte Aldi et Lidl. Les distributeurs britanniques traditionnels visant une clientèle large, comme Tesco, mais aussi Morrison et Sainsbury, se voient contraints de sabrer leurs tarifs sous l'effet de cette concurrence, ce qui sape leur rentabilité.

Début janvier, Tesco avait ainsi annoncé la fermeture de 43 magasins non rentables dans le pays, une restructuration qui menace 2.000 emplois et qui s'était ajoutée à d'autres mesures d'économies visant à financer des baisses de prix sur des centaines de produits.

Sur le plan comptable, la perte abyssale enregistrée l'an passé s'explique par une série de charges exceptionnelles atteignant la somme faramineuse de 7 milliards de livres (9,7 milliards d'euros).

Elle comprend en premier lieu une dépréciation immobilière appliquée sur ses magasins au Royaume-Uni, mais aussi d'autres frais exceptionnels liés à l'abandon de projets de nouveaux supermarchés, à des pertes sur le marché actions, aux restructurations en cours et à une dépréciation sur un investissement chinois.

"Le nouveau directeur général Dave Lewis fait honneur à son surnom de +David l'implacable+ ce matin, il a coupé au hachoir dans les comptes de Tesco", a commenté Michael Hewson, analyste à la maison de courtage CMC Markets.

Selon lui, ces pertes records sont toutefois aussi "porteuses d'espoir: elles montrent la détermination de la direction à nettoyer l'ardoise en tirant un trait sur quelques années terribles", bien que le groupe se prépare encore à des mois délicats.

pn/oaa/ros

TESCO

UNILEVER PLC

WM MORRISON SUPERMARKETS PLC

J. SAINSBURY PLC