NOUVELLES
22/04/2015 07:45 EDT | Actualisé 22/06/2015 01:12 EDT

La traversée du Pacifique sera "un défi humain", prévient un pilote de Solar Impulse 2

Arrivé dans l'est de la Chine, l'avion Solar Impulse 2 doit désormais traverser l'océan Pacifique, une longue étape qui mettra à l'épreuve l'aéronef mais aussi la résistance du pilote, a prévenu mercredi le Suisse André Borschberg, qui sera aux manettes.

L'appareil révolutionnaire a accompli mardi la sixième étape de son tour du monde, avec un vol de 17 heures en provenance de la mégapole de Chongqing, dans le sud-ouest de la Chine.

L'avion solaire doit rester une dizaine de jours à Nankin, le temps d'un check-up complet, avant d'affronter le Pacifique: cette prochaine étape durera cinq à six jours consécutifs de vol pour un seul pilote, chargé de rallier l'archipel américain d'Hawaï.

"On va faire face à un véritable défi humain", a reconnu M. Borschberg, depuis la Suisse où il se trouve actuellement en convalescence.

"La tentative de traverser le Pacifique constituera le grand défi du projet (de tour du monde) tout entier", a-t-il ajouté.

"Est-ce que nous pouvons imaginer un pilote durable?", à l'image de l'énergie solaire qui fait avancer l'avion, a enfin plaisanté M. Borschberg.

C'est lui qui assurera ce périple de 8.500 km. Son compatriote Bertrand Picard était pour sa part aux manettes pour l'étape entre Chongqing et Nankin.

"Enfin, nous y sommes parvenus, Solar Impulse est arrivé jusqu'ici!", s'est exclamé M Picard mercredi, lors d'une conférence de presse organisée dans l'ancienne capitale impériale.

L'avion, à l'envergure impressionnante de 72 mètres, ne devait initialement faire qu'une brève escale à Chongqing. Il y est finalement resté trois semaines, cloué au sol par des conditions météorologiques défavorables.

"André sera prêt d'ici à deux semaines pour sauter dans le cockpit et traverser le Pacifique jusqu'à Hawaï", a ajouté Bertrand Picard.

Deuxième pilote de l'avion solaire, André Borschberg a dû retourner temporairement en Suisse pour effectuer un contrôle médical en raison de migraines, mais sera de retour en Chine d'ici vendredi, selon un porte-parole de Solar Impulse.

L'intéressé a pour sa part précisé mercredi avoir également souffert d'un zona, ayant entraîné de douloureuses irritations de la peau.

Doté d'ailes tapissées de plus de 17.000 cellules photovoltaïques, Solar Impulse 2 est parti le 9 mars d'Abou Dhabi (Emirats arabes unis). Il a fait escale au sultanat d'Oman, en Inde, en Birmanie, puis en Chine.

Au total, l'appareil parcourra 35.000 kilomètres, à une vitesse relativement modeste (entre 50 et 100 km/h). Cette circonvolution, à 8.500 mètres d'altitude au maximum, était prévue au départ pour durer cinq mois, dont 25 jours de vol effectif.

bxs-jug/ros