NOUVELLES
22/04/2015 10:12 EDT | Actualisé 22/06/2015 01:12 EDT

L'Europe et l'Afrique "exigent" un règlement politique en Libye (Juncker)

L'Europe et l'Afrique "exigent" un règlement politique entre factions rivales en Libye pour reconstruire un Etat et permettre d'endiguer le trafic de migrants en Méditerranée, a déclaré mercredi le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

"Nous exigeons, avec la Commission de l'Union africaine, que les parties impliquées dans le processus de réconciliation en Libye se mettent d'accord", a déclaré M. Juncker après un entretien avec son homologue africaine, Nkosazana Dlamini-Zuma.

"Nous avons besoin d'un interlocuteur fiable et stable en Libye", a-t-il insisté.

La Libye est en proie à l'anarchie et deux gouvernements rivaux --l'un reconnu internationalement, l'autre, proche des islamistes, -- se disputent le pouvoir.

"Il est très important que les forces libyennes non extrémistes arrivent à s'entendre, car quand il y a un vide, il est comblé par d'autres", a souligné Mme Zuma.

"Nous allons travailler avec eux", mais "il ne sera pas possible pour aucun d'entre nous d'y aller" pour imposer une solution de l'extérieur, a-t-elle ajouté.

Les ministres européens des Affaires étrangères et de l'Intérieur sont convenus lundi d'accentuer la pression sur les factions libyennes pour mettre fin au chaos dans lequel s'enfonce le pays depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011.

Sur la questions des migrations, Mme Zuma a insisté sur trois points: l'immigration légale, la lutte contre les trafics d'êtres humains et donner des "opportunités" aux jeunes Africains pour éviter qu'ils ne se lancent dans des aventures "désespérées".

Les dirigeants européens se réunissent jeudi en sommet extraordinaire pour tenter de répondre à la crise en Méditerranée, après une série de naufrages qui ont fait des centaines de morts.

cb/jlb/jlb