NOUVELLES
22/04/2015 02:05 EDT | Actualisé 22/04/2015 02:06 EDT

L'Impact face à un rival bipolaire sous haute pression

Eduardo Verdugo/ASSOCIATED PRESS

Le Club América a besoin d'une victoire écrasante contre l'Impact pour calmer et rassurer ses 100 000 partisans au stade Azteca mercredi. Sinon, la presse mexicaine pourrait être très dure avec les dirigeants de cette équipe au comportement bipolaire.

Ce premier match de la finale de la Ligue des champions de la CONCACAF sera un bon test de caractère pour ce club mexicain dont les récentes performances en dents de scie incitent ses partisans à craindre le pire. Même contre une équipe désignée comme sans éclat à Mexico, mais composée de joueurs efficaces et qui profitent de chaque occasion.

Il faut se méfier d'eux parce qu'ils peuvent tirer profit de la moindre erreur pour marquer un but rapide qui déstabiliserait les favoris, résume-t-on au Mexique.

Battue à deux occasions 4-0 en l'espace d'un mois, Club América est une équipe fragile, mais bien nantie en joueurs d'élite capables de coups fumants. Ils l'ont d'ailleurs montré en demi-finale en liquidant Herediano 6-0 devant une foule qui en demandait justement autant!

À l'aube de cette finale inattendue entre une équipe cendrillon et une formation dont la réputation enviable dépasse les frontières du pays, la presse à Mexico ne s'est pas fait prier pour rappeler à l'entraîneur et au président du club qu'ils avaient des comptes à rendre au cours de la prochaine semaine.

Gustova Matosas et Ricardo Pelaez ont tenté de minimiser les récents déboires du Club América en précisant qu'il fallait les juger sur le nombre de trophées gagnés d'ici la fin de la saison, plutôt que sur le 6e rang actuel de l'équipe au classement du Championnat mexicain ou sur leur capacité à éviter les échecs par plus de trois buts.

Peralta absent?

Les sept prochains jours sont qualifiés de cruciaux à Mexico. Entre les deux matchs de la finale de la Ligue des champions à Mexico et à Montréal les 22 et 29 avril, le Club América jouera le 26 avril contre son grand rival à Guadalajara, dans ce que les Mexicains appellent un classico, une confrontation qui a pour effet de fouetter à l'extrême les ardeurs des partisans des deux camps.

Ce match contre Chivas est si important aux yeux des Mexicains qu'il plongerait même l'entraîneur uruguayen Matosas dans un dilemme.

Son attaquant étoile Oribe Peralta, blessé depuis quelques semaines, mais possiblement guéri, pourrait patienter jusqu'à dimanche avant de revenir au jeu de peur d'aggraver sa blessure. À l'heure actuelle, selon une publication mexicaine, le nom de Peralta, un joueur maintes fois choisi par son équipe nationale, ne figurerait pas dans la formation partante du Club América contre l'Impact.

Il est déjà acquis que le Paraguayen Miguel Samudio, blessé à la cuisse droite, et le défenseur central argentin Paolo Goltz, sanctionné par la CONCACAF, rateront ce rendez-vous. Cependant, le gardien Moises Munoz, reprendra son poste après s'être blessé il y a cinq semaines.

Saprissa du Costa Rica, championne en 2005, est la dernière équipe non mexicaine à avoir représenté la CONCACAF à la Coupe du monde des clubs.

La tâche s'annonce donc ardue pour l'Impact à Mexico, mais le Club América est si imprévisible qu'il est préférable de faire preuve d'un peu de retenue avant de prédire l'échec des négligés de Frank Klopas...

Galerie photo L'Impact bat Alajuelense en CONCACAF Voyez les images


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter