NOUVELLES
22/04/2015 10:26 EDT | Actualisé 22/06/2015 01:12 EDT

Hollande: l'exécution du Français Atlaoui serait "dommageable" pour l'Indonésie

L'exécution du Français Serge Atlaoui, condamné à mort par Jakarta pour trafic de drogue, serait "dommageable" pour l'Indonésie, a mis en garde mercredi le président français François Hollande.

Son exécution "serait dommageable pour l'Indonésie, dommageable pour les relations que nous voulons avoir avec elle", a déclaré le chef de l'Etat, qui a lancé un "appel" à Jakarta lors d'une conférence de presse à l'Elysée.

Elle serait aussi "dommageable pour l'esprit qui doit être le nôtre: la justice doit rester à la justice, mais la peine de mort ne doit plus être prononcée dans aucun pays du monde", a-t-il ajouté.

M. Hollande a rappelé qu'il avait déjà oeuvré auprès des autorités indonésiennes pour que "la grâce puisse être accordée et que la peine ne soit pas exécutée".

Accusé de trafic de drogue, Serge Atlaoui, artisan soudeur de 51 ans, père de quatre enfants, risque d'être fusillé dans les prochaines semaines et pourrait être le premier Français à être exécuté depuis près de 40 ans.

Il est incarcéré depuis dix ans en Indonésie, mais a toujours clamé son innocence, affirmant qu'il n'avait fait qu'installer des machines industrielles dans ce qu'il croyait être une usine d'acrylique, qui abritait en réalité une fabrique clandestine d'ecstasy.

Lundi, sa famille a imploré François Hollande et l'Union européenne de "mettre tout en oeuvre" pour le sauver et appelé à une "mobilisation citoyenne" en France.

Mercredi matin, le Premier ministre Manuel Valls a déclaré que "défendre" Serge Atlaoui, dont l'ultime recours a été rejeté mardi, c'était "rappeler la ferme opposition de la France à la peine de mort".

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a convoqué mercredi l'ambassadeur d'Indonésie après le rejet par la Cour suprême de ce pays de l'ultime recours de Serge Atlaoui.

ha-frd/mat/chp/fpp