NOUVELLES
22/04/2015 15:23 EDT | Actualisé 22/06/2015 01:12 EDT

France: complot dans une ou des églises déjoué, arsenal trouvé et arrestation

PARIS - Un homme qui a été arrêté dimanche dernier, à Paris, préparait un attentat contre une ou deux églises selon ce qu'a affirmé mercredi le ministre français de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, par voie de communiqué.Cet individu de 24 ans serait aussi impliqué dans la mort d'une jeune femme de 33 ans, Aurélie Châtelain, dont le cadavre a été trouvé dans une automobile qui avait été incendiée dans le Val-de-Marne.Les autorités avaient le jeune homme à l'oeil, puisqu'on le soupçonnait de vouloir se rendre en Syrie, mais il ne faisait pas l'objet d'une enquête formelle.Le communiqué du ministre précise que la police a découvert dans le véhicule du suspect et à son domicile un arsenal composé notamment de plusieurs armes de guerre (dont trois fusils d'assaut Kalashnikov), de gilets pare-balles et d'une documentation suggérant fortement que l'individu était sur le point de frapper. Des documents en langue arabe traitaient d'Al-Qaïda et du groupe armé État islamique.Des téléphones et des ordinateurs trouvés sur place permettent de croire qu'il communiquait avec un individu qui se trouvait possiblement en Syrie, et que cet individu lui aurait demandé d'attaquer une église, a dit le procureur de Paris, François Molins.Selon M. Cazeneuve, le matériel trouvé «établissait sans ambiguïté que l’individu envisageait de commettre un attentat, vraisemblablement contre une ou deux églises». Sa sympathie à l'égard de l'islamisme radical ne ferait pas de doute. Le suspect détenait des notes liées à des cibles potentielles. Dans l'immédiat, aucune preuve pouvant le lier à un groupe terroriste organisé n'a, cependant, pu être découverte.L'homme, un étudiant en informatique, avait été placé l'an dernier sur une liste d'individus à risque par les autorités françaises, selon Bernard Cazeneuve. Il s'agit d'un Algérien d'origine qui habite en France depuis de nombreuses années.Lorsqu'il a été épinglé dimanche, il affichait une blessure de projectile d'arme à feu dont il était probablement responsable.Un proche du suspect a été arrêté mercredi soir dans la ville de Saint-Dizier, a révélé M. Molins, sans fournir plus de détails.Les autorités de la France sont sur un pied d'alerte en matière de terrorisme, surtout depuis les attentats du début du mois de janvier dernier qui ont fait un total de 20 morts.Selon le premier ministre de la France, Manuel Valls, son pays, «fait face à une menace terroriste sans équivalent dans le passé, par sa nature et son ampleur».Il a ajouté que «les terroristes ciblent la France pour diviser les Français».Dans les circonstances, la réponse des autorités sera «la protection des compatriotes, mais aussi le rassemblement et une très grande détermination face à la menace», a martelé M. Valls.