NOUVELLES
22/04/2015 13:00 EDT | Actualisé 22/06/2015 01:12 EDT

Ebola: le traitement expérimental TKM efficace sur des singes

Le traitement expérimental TKM-Ebola s'est montré efficace contre le type de virus Ebola responsable de l'épidémie en cours en Afrique de l'Ouest, dans un essai réalisé sur des singes, selon une lettre publiée mercredi dans la revue Nature.

L'épidémie a fait depuis décembre 2013 plus de 10.000 morts principalement au Sierra Leone, Liberia et en Guinée. Elle a fortement baissé d'intensité depuis fin 2014 mais se poursuit en particulier en Guinée, selon un bilan de l'OMS daté du 15 avril.

Jusqu'à présent aucun traitement n'a été homologué contre ce terrible virus mais plusieurs molécules, certaines expérimentales, et plusieurs vaccins ont été testés ou sont en cours d'évaluation.

Développé et produit par la firme canadienne Tekmira Pharmaceuticals, TKM-Ebola est un produit expérimental qui agit en bloquant certains gènes du virus Ebola et limite sa capacité à se multiplier.

Ce traitement a déjà été donné à quelques malades rapatriés en Europe et aux Etats-Unis, mais groupé avec d'autres traitements expérimentaux.

Aussi, il n'a pas été possible de distinguer la contribution des différentes molécules utilisées à la survie de ces patients, expliquent les chercheurs nord-américains - certains employés par Tekmira - qui ont conduit cet essai sur des singes.

Six macaques ont été inoculés avec le variant "Makona" de l'espèce de virus Ebola-Zaïre qui correspond au type de virus responsable de l'épidémie en Afrique de l'Ouest.

Trois de ces singes ont été traités avec une version de TKM-Ebola spécialement adaptée pour combattre le variant "Makona". Le traitement a été administré à partir du troisième jour de l'infection, alors que le animaux montraient déjà les signes de la maladie.

Ils ont tous survécu tandis que les trois animaux non soignés ont succombé au bout de huit à neuf jours.

Cette version de TKM-Ebola a montré "une activité robuste" contre cette souche, concluent les chercheurs dans leur lettre. Ce traitement est maintenant testé sur des malades au Sierra Leone dans le cadre d'un essai clinique (de phase II pour tester l'efficacité).

mlr-ot/dab/phc